dico-collection

dico-collection

Le BOURREAU

Le BOURREAU :

Bourreau.jpg

Dits aussi exécuteurs de la haute justice.

Outre ses émoluments, le bourreau percevait une foule de revenus, d'une nature  parfois fort étrange.

En vertu du droit de havage (droit d'avoir), il prélevait sur chaque étalage un pleine main de chacun des légumes verts ou des grains exposés en vente à la halle. Il touchait encore certaines redevances sur les fruits, le poisson de mer et d'eau douce, les balais, le foin, etc... Mais à cause de l'infamie de son emploi et pour l'empêcher de mettre la main dans les sacs, on a réglé son droit à une mesure de fer blanc afin  qu'il puise les grains sans les toucher. Ses valets marquaient alors le dos du payeur avec de la craie

Lors des exécutions, le bourreau louait des places aux curieux qui voulaient contempler de près tous les détails de la cérémonie.

Comme compensation à toutes ces prérogatives, le bourreau devait fournir les cordes, épées, couteaux et autres objets concernant sa profession; cependant les potences, bûchers et cotterets (marchepied) n'étaient pas à sa charge.

Au dix-septième siècle, la graisse humaine passait encore pour un excellent remède contre les rhumatismes, et en ce qui la concerne, le bourreau faisait aux apothicaires une concurrence regrettable.

L'apothicaire Pomet disait "Nous vendons de l'axonge (saindoux) humaine que nous faisons venir de divers endroits, mais le bourreau en vend à ceux qui en ont besoin et nous n'en vendons que très peu. Néanmoins la nôtre est préparée avec des herbes aromatiques, sans comparaison de celle  qui sort des mains des exécuteurs"

La vente des cadavres humains constituait aussi une abondante source de revenu.

Il devait savoir  faire sauter la tête d'un coup, manier le fer chaud, percer la langue, arracher les oreilles et les ongles, pendre, noyer, écarteler brûler, rouer, etc...

Le bourreau était obligé de revêtir son habit de bourreau en tout temps (polychrome, rouge ou noir) car il était un paria.

Les condamnés étaient souvent exposés au pilori.

 

 

Bourreau4.jpg

 

Les bourreaux de l'Ancien Régime habitaient traditionnellement en dehors des murs de la ville. Exerçant une profession abhorrée de tous, ils ne trouvaient pas facilement d'épouse ni de parrains pour leurs enfants ou alors ne se mariaient qu'après s'être retirés du service.

 

Bourreau3.jpg                Bourreau2.jpg 

 

Bourreau5.jpg

 

Voir aussi l'origine de la guillotine (clic) 

 

Voyez tous les métiers de jadis : (cliquez sur votre choix)

L'APICULTEUR

Chauds, chauds les MARRONS CHAUDS
L'ALLUMEUR de RÉVERBÈRES
L'APOTHICAIRE
L'ÉPICIER
l'IMPRIMEUR
L'INCISEUR
Le BIBLIOTHÉCAIRE
Le BOURREAU
Le CORDONNIER
Le CRIEUR
Le FORGERON
Le LIBRAIRE
Le MAÎTRE d'AGRÉMENTS
Le MAÎTRE d'ARMES
Le MAÎTRE d'ÉCOLE
Le MOINE
Le POUDRIER
Le RELAIS de POSTE
Le RELIEUR de LIVRES
Le RÉMOULEUR
Le SONNEUR de CLOCHES
Le TONNELIER

La RAVAUDEUSE

 



03/12/2016
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 243 autres membres