dico-collection

dico-collection

1879 - Et. BOILEAU - Les METIERS et CORPORATIONS - XIX° siècle

Les MÉTIERS et CORPORATIONS de la ville de PARIS

Le LIVRE des MÉTIERS

 Métiers1.jpg

Auteur: BOILEAU Etienne
Editeur: IMPRIMERIE NATIONALE, PARIS
Volumes: 1 vol. in-Folio° (33x23) 420 pp
Année: 1879

 

Reliure de l'éditeur, vert empire, gauffré à froid, avec gaufrage OR aux armes de l'ÉDILITÉ PARISIENNE, dos lisse gaufré, titre doré. Nombreux Hors Textes fac similé de manuscrits du XIII°siècle. Avec un GLOSSAIRE - INDEX de 110 pages.

 

Ci-dessous, texte issu d'un article pulié par ESSENTIAM

 

Le livre des métiers d'Étienne Boileau / publié par René de Lespinasse.

 

Le texte du livre des métiers d'Etienne Boileau, dans l'édition de 1879 par René de Lespinasse et François Bonnardot,  est établi à partir du manuscrit dit «de la Sorbonne», copie du manuscrit original perdu dans l’incendie de la Cour des Comptes en 1737. On n'y trouvera pas les métiers du livre ... étant encore en 1260, l'apanage des monastères et moines.


Robert de Sorbon,  fondateur de la Sorbonne, en  1254, établissement créé pour permettre à des étudiants séculiers en théologie d'étudier sans être en prise à des difficultés matérielles.(Wiki.)
Ce sont les libraires jurés avant l'imprimerie qui sont chargés de surveiller la copie des manuscrits.
Le premier règlement date de 1275, à Paris avec 22 articles.
Le stationnaire , "vulgairement appelé aussi libraire parce qu’il s’occupait également de l’échange ou de la location, de la vente ou de l’achat des manuscrits existants, joignait à ce commerce une industrie fort importante : il faisait faire sous sa direction, par des clercs ou copistes à son service, de nouvelles copies de manuscrits anciens ou des copies d’une œuvre nouvelle due à l’un des maîtres de l’Université. Il devenait, par ce fait, l’éditeur de l’époque. Aussi avait-il non seulement une boutique, mais un bureau de copistes, véritable atelier où l’enlumineur achevait pour les exemplaires de luxe l’œuvre de l’écrivain."
https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article12881

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordonnance_de_Villers-Cotter%C3%AAts#/media/File:Ordonnance_de_Villers_Cotterets._Page_1_-_Archives_Nationales_-_AE-II-1785.jpg

 

C'est avec François premier que les métiers du livre s'organisent. Les tensions religieuses et sociales créent des rivalités au sein de ces métiers, et la réglementation devient de plus précise pour pallier aux manques de règlement dans l'université pour ces métiers d'imprimeurs et leurs ateliers, y compris relieurs, grands libraires, libraires, stationnaires ...

 

Les édits de François Premier: 1er et 31 Aout 1539, 28 décembre 1548, sont à la base des premiers statuts des métiers du livre à Paris et à Lyon, pour cadrer des ouvriers et apprentis nombreux et énervés ...(!!!!) ... et  leurs maîtres d'apprentissages.
( Source: DEL)

Les dominotiers seront liés aux métiers du livre en raison de l'utilisation des jolis papiers décorés servant de couverture à ce qu'on appelle les "tel que paru", avant la reliure, donc, au sortir de l'imprimerie.


SOMMAIRE DES MÉTIERS :
 

Talemeliers, Meuniers, Blatiers, Mesureurs de blé, Crieurs de vin, Jaugeurs, Taverniers, Cervoisiers, Regrattiersº de pain et de sel, Regrattiersº de fruits et de légumes, Orfévres, Potiers d'étain, Cordiers, Ouvriers d'étain, Maréchaux, veilliers, greffiers et Heaumiers, Couteliers, faiseurs de manches, Serruriers en fer, Serruriers en laiton, Batteurs d'archal, Boucliers de fer, Bouclier d'archal, Tréfiliers, Cloutiers, Haubergiers, Patenôtriers d'os et de corne, de corail, d'ambre, Cristalliers, Batteurs d'or et d'argent en fil, en feuilles, Laceurs de fil et de soie, Fileresses à fuseaux, Crépiniers de fil de soie, Drapiers de soie, Fondeurs et mouleurs, Tisserandes de soie, Lampiers, barilliers, Charpentiers, Maçons, tailleurs de pierre, plâtriers, Tisserands de laines, Teinturiers, Chaussiers, Tailleurs de robes, Epingliers, Imagiers, Huiliers, chandeliers de suif, Gaîniers, Peigniers, Cuisiniers, Poulaillers, Boutonniers, Potiers de terre, Fripiers, Selliers, Blasonniers, Savetiers, Gantiers, Chapeliers, Poissonniers, etc...

 

 

º Regrattier : Celui qui fait le commerce de regrat, des denrées de seconde main. dans le quartier de gueux, des loqueteux. - Ainsi, le regrat, plat vendu dans la rue, est composé de restes de nourritures de gens aisés. (Le regrattier, chargé de les vendre, y ajoute souvent des denrées avariées).

 

 

 

 Termes de l'époque :

ACOUVENANCIER : Prendre un engagement, passer un contrat avec un patron.

ALOIER : Mettre tout objet de métal précieux en conformité avec la loi.

ALIZ (pain) pain fait avec des restes de pâte et, par suite, trop serré, trop compact, il est rangé parmi les pains défectueux.

ALOUEE : apprentie louée par contrat.

APOVROIER : s'appauvrir, devenir pauvre.

AUGIER ; renfermer (du suif) dans un vaisseau en forme d'"auge".

BANIR : exclure d'un métier.

BAUDROIER ; faiseur de courroie, de ceintures et de semelles de souliers.

BESOIGNER : terminer un travail qui est attendu.

BOURRE : à garnir l'intérieur d'un habit, d'une selle.

BOURSIER :fabricant de bourses.

BRAYER : fabricant de brayettes (braguettes).

BUER : lessiver, laver le fil écru.

BULETEUR : ouvrier qui "blute" ou tamise la farine.

CENS : redevance fiscale.

CHANDELE ; de suif, alumée à l'entée de la nuit ; c'était le signal de la cessation du travail où le travail de nuit était interdit;

CHANEVACIER : marchand de grosse toile de chanvre.

CHARPENTIER : Cemot désigne l'ensemble des corporations des ouvriers en bâtiment : huichiers, huissiers, tonneliers, charrons, couvreurs, cochetiers, feseurs de nez (charpentiers en bateau), tourneurs, lambroisseurs, menuisiers.

COSTE : Mesure de fruits, dont il fallait 22 pour remplir un muid. La capacité de la coste était de la moitié moindre de la magne.

COUILLES : payait un droit de conduit moitié moindre que le bœuf.

COURTIL : jardin potager. Ce mot s'est maintenu dans  le langage populaire.

COUTE : lit de plumes.

DEFFUIR : s'enfuir de chez son maître, quitter  son patron pour un autre.

DESEURE : par dessus.

DESTOURBER : empêcher , troubler qqun dans la jouissance d'un droit.

ENROIER : tracer le premier sillon dans un champs.

 

 

en cours, à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



03/06/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 232 autres membres