dico-collection

dico-collection

MORALES Fables La Fontaine

Maintenant elles sont agrémentées de leurs illustrations anciennes
(Imagerie d'Epinal, Granville, Doré, Calvet Roniart, etc...)
Cliquez sur les illustrations pour les agrandir
***
Voyez bien tout jusqu'au bas, il y a des surprises !
 
Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute  
*

Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs
Tout prince a des ambassadeurs,
tout marquis veut avoir des pages.

GrenouilleBoeuf.jpg     GrenouilleBoeuf2.jpg 

GrenouilleBoeuf4.jpg    GrenouilleBoeuf3.jpg   GrenouilleBoeuf5.jpg
La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf (I,3)

*

 

On se voit d'un autre œil qu'on ne voit son prochain

Besace.jpg
La Besace (I,7)

*

 

Nous n'écoutons d'instincts que ceux qui sont les nôtres,
Et ne croyons le mal que quand il est venu

HirondelleOiseaux.jpg
L'Hirondelle et les petits Oiseaux (I,8)

*

 

La raison du plus fort est toujours la meilleure

 LoupAgneau.jpg  LoupAgneau4.jpg  LoupAgneau3.jpg 

LoupAgneau2.jpg
Le Loup et l'Agneau (I,10)

*

 

Le trépas vient tout guérir;
Mais ne bougeons d'où nous sommes:
Plutôt souffrir que mourir,
C'est la devise des hommes.

MortBucheron.jpg
La Mort et le Bûcheron (I,16)

*

 

A l'œuvre on connait l'artisan

FrelonMoucheàMiel.jpg
Les Frelons et les Mouches à Miel (I,21)

*

 

Les délicats sont malheureux
Rien ne saurait les satisfaire.

GoutDifficile.jpg
Contre ceux qui ont le goût difficile.(II,1)

*

 

On voit que de tout temps
Les petits ont pâti des sottises des grands.

2taureauxGrenoouille2.jpg
Les deux Taureaux et une Grenouille.(II,4)

--

 

Plusieurs se sont trouvés qui, d'écharpe changeants,
Aux dangers ainsi qu'elle, ont souvent fait la figue.
Le sage dit, selon les gens,
"Vive le roi! vive la ligue!"

ChauveSourisBelette.jpg
La Chauve-Souris et les deux Belettes (II,5)

--

 

Ce qu'on donne aux méchants, toujours on le regrette.
Pour tirer d'eux ce qu'on leur prête,
Il faut que l'on en vienne aux coups;
Il faut plaider, il faut combattre.
Laissez-leur un pied chez vous,
Ils en auront bientôt pris quatre.

LiceCompagne2.jpg
La Lice et sa compagne (II,7)

*

 

Quelle chose par là nous peut être enseignée?
J'en vois deux dont l'une est qu'entre nos ennemis
Les plus à craindre sont souvent les plus petits;
L'autre, qu'aux grands périls tel a pu se soustraire,
Qui périt pour la moindre affaire.

LionMoucheron.jpg
Le Lion et le Moucheron (II,9)

*

 

Il faut, autant qu'on peut obliger tout le monde
On a souvent besoin d'un plus petit que soi.

LionRat.jpg
Le Lion et le Rat (II,11)

*

 

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage

LionRat2.jpg
Le Lion et le Rat (II,11)

*

 

Il n'est, je le vois bien, si poltron sur la terre
Qui ne puisse trouver un plus poltron que soi.
LièvreGrenouilles.jpg
Le Lièvre et les Grenouilles (II,14)

*

 

C'est double plaisir de tromper le trompeur.

CoqRenard.jpg
Le Coq et le Renard (II,15)

*

 

Il faut se mesurer; la conséquence est nette:
Mal prend aux volereaux de faire les voleurs.
L'exemple est un dangereux leurre:
Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands seigneurs;
Où la guêpe a passé, le moucheron demeure.

CorbeauAigle.jpg    CorbeauAigle2.jpg
Le Corbeau voulant imiter l'Aigle (II,16)

*

 

Quant à vous, suivez Mars, ou l'Amour, ou le Prince;
Allez, venez, courez; demeurez en province;
Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement:

Les gens en parleront, n'en doutez nullement."

MeunierFilsAne2.jpg  MeunierFilsAne.jpg  MeunierFilsAne3.jpg
Le Meunier son fils et l'Ane (III,1)

*

 

En toute chose il faut considérer la fin

RenardBouc3.jpg   RenardBouc.jpg
Le Renard et le Bouc (III,5)

*

 

Nous pouvons conclure de là
Qu'il faut faire aux méchants guerre continuelle.
La paix est fort bonne de soi;
J'en conviens; mais de quoi sert-elle
Avec des ennemis sans foi?

LoupBrebis.jpg   LoupBrebis2.jpg
Le Loup et les Brebis (III,13)

*

 

L'expression "Le coup de pied de l'Âne" vient de la fable

LionVieux2.jpg    LionVieux.jpg
Le Lion devenu vieux (III,14)

*

 

La Méfiance est mère de la sûreté

ChatVieuxRat4.jpg  ChatVieuxRat.jpg  ChatVieuxRat5.jpg
Le Chat et un vieux Rat (III,18)

*

 

Amour, Amour, quand tu nous tins,
On peut bien dire: "Adieu prudence"

LionAmoureux.jpg    LionAmoureux2.jpg
Le Lion amoureux (IV,1)

*

 

Petits princes, videz vos débats entre vous;
De recourir aux rois vous seriez de grands fous.
Il ne les faut jamais engager dans vos guerres,
Ni les faire entrer sur vos terres.

JardinierSeigneur.jpg  JardinierSeigneur2.jpg
Le Jardinier et son Seigneur (IV,4)

*

 

Ne forçons point notre talent,
Nous ne ferions rien avec grâce:
Jamais un lourdaud, quoi qu'il fasse,
Ne saurait passer pour galant.

AneChien.jpg   AneChien4.jpg
L'Âne et le petit Chien (IV,5)

*

 

Une tête empanachée
N'est pas petit embarras.
Le trop superbe équipage
Peut souvent en un passage
Causer du retardement.
Les petits, en toute affaire,
Esquivent fort aisément:
Les grands ne le peuvent faire

CombetRatsBelettes.jpg  CombetRatsBelettes2.jpg
Le combat des Rats et des Belettes (IV,6)

*

 

De telles gens il est beaucoup
Qui prendraient Vaugirard pour Rome,
Et qui, caquetants au plus dru,
Parlent de tout et n'ont rien vu.

SingeDauphin.jpg
Le Singe et le Dauphin (IV,7)

*

 

Malheureux, grossiers et stupides;
On n'en peut rien tirer avec que le bâton.
Plus je te remplissais, plus mes mains étaient vides:
J'ai bien fait de changer de ton.

HommeIdoleBois.jpg
L'Homme et l'Idole de bois (IV,8)

*

 

La ruse la mieux ourdie
Peut nuire à son inventeur;
Et souvent la perfidie
Retourne sur son auteur.

GrenouilleRat.jpg
La Grenouille et le Rat (IV,11)

*

 

Quel que soit le plaisir que cause la vengeance,
C'est l'acheter trop cher que l'acheter d'un bien
Sans qui les autres ne font rien.
Le Cheval s'étant vengé du Cerf (IV,13)

 

Deux sûretés valent mieux qu'une,
Et le trop en cela ne fut jamais perdu.

LoupChevreChevreau.jpg      LoupChevreChevreau2.jpg
Le Loup, la Chèvre et le Chevreau (IV,15)

*

 

Toute puissance est faible, à moins que d'être unie:

VieillardEnfants.jpg
Le Vieillard et ses enfants (IV,19)

*

 

L'usage seulement fait la possession.

AvareTresor.jpg   AvareTresor2.jpg
L'Avare qui a perdu son trésor (IV,20)

*

 

Ne point mentir, être content du sien,
C'est le plus sûr : cependant on s'occupe
A dire faux pour attraper du bien .

BucheronMercure2.jpg
Le Bûcheron et Mercure (V,1)

*

 

Ne nous associons qu'avec que nos égaux,
Ou bien il nous faudra craindre
Le destin d'un de ces pots .

PotTerreFer2.jpg  PotTerreFer.jpg
Le Pot de terre et le Pot de fer (V,2)

*

 

Petit poisson deviendra grand
Pourvu que Dieu lui prête vie;
Mais le lâcher en attendant,
Je tiens pour moi que c'est folie.

PetPoissonPecheur.jpg
Le petit Poisson et le Pêcheur (V,3)

*

 

Un Tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu l'auras;
L'un est sûr, l'autre ne l'est pas.

PetPoissonPecheur2.jpg
Le petit Poisson et le Pêcheur (V,3)

*

 

Travaillez, prenez de la peine:
C'est le fonds qui manque le moins.

Laboureur2.jpg
Le Laboureur et ses Enfants (V,9)

*

 

L'avarice perd tout en voulant tout gagner

PouleOeufsdOR2.jpg 
La Poule aux œufs d'or (V,13)

*

 

Belle leçon pour les gens chiches !
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus,
Qui du soir au matin sont pauvres devenus,
Pour vouloir trop tôt être riches !

PouleOeufsdOR.jpg
La Poule aux œufs d'or (V,13)

*

 

Ceci s'adresse à vous, esprits du dernier ordre,
Qui, n'étant bons à rien, cherchez sur tout à mordre.
Vous vous tourmentez vainement.
Croyez-vous que vos dents impriment leurs outrages
Sur tant de beaux ouvrages ?
Ils sont pour vous d'airain, d'acier, de diamant .

SerpentLime.jpg
Le Serpent et la Lime (V,16)

*

 

Il ne se faut jamais moquer des misérables,
Car qui peut s'assurer d'être toujours heureux ?

LievrePerdrix.jpg
Le Lièvre et la Perdrix (V,17)

*

 

Il n'est rien inutile aux personnes de sens

LionGuerre.jpg
Le Lion s'en allant en guerre (V,19)

*

 

Il m'a dit qu'il ne faut jamais
Vendre la peau de l'ours qu'on ne l'ait mis par terre.

Ours2compagnons.jpg    Ours2compagnons2.jpg
L'Ours et les deux Compagnons (V,20)

*

 

La vraie épreuve du courage
N'est que dans le danger que l'on touche du doigt,
Tel le cherchait, dit-il, qui, changeant de langage,
S'enfuit aussitôt qu'il le voit.

LionChasseur.jpg   LionChasseur2.jpg

Le Lion et le Chasseur (VI,2)

*

 

Plus fait douceur que violence

PhébusBorée.jpg
Phébus et Borée (VI,3)

*

 

Concluons que la Providence
Sait ce qu'il nous faut mieux que nous.

JupiterMetayer.jpg
Jupiter et le Métayer (VI,4)

*


Garde-toi, tant que tu vivras,
de juger les gens sur la mine

CochtChatSouriceau.jpg  CochetChatSouriceau.jpg
Le Cochet, le Chat et le Souriceau (VI,5)

*


Quand le malheur ne serait bon
Qu'à mettre un sot à la raison,
Toujours serait-ce à juste cause
Qu'on le dit bon à quelque chose.

MuletGenealogie.jpg  MuletGenealogie2.jpg
Le Mulet se vantant de sa généalogie (VI,7)

*


Nous faisons cas du beau, nous méprisons l'utile

CerfEau.jpg    CerfEau2.jpg
Le Cerf se voyant dans l'eau (VI,9)

*

 

Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

LievreTortue2.jpg  LievreTortue3.jpg  LievreTortue.jpg
Le Lièvre et la Tortue (VI,10)

*


Tous gens sont ainsi faits :
Notre condition jamais ne nous contente;
La pire est toujours la présente;
Nous fatiguons le ciel à force de placets.
Qu'à chacun Jupiter accorde sa requête,
Nous lui romprons encor la tête.

AneMaitres.jpg   AneMaitres2.jpg
L'Âne et ses Maitres (VI,11)


Il est bon d'être charitable :
Mais envers qui ? c'est là le point.
Quant aux ingrats, il n'en est point
Qui ne meure enfin misérable.

VillageoisSerpent.jpg
Le Villageois et le Serpent (VI,13)


Les injustices des pervers
Servent souvent d'excuse aux nôtres.
Telle est la loi de l'univers :
Si tu veux qu'on t'épargne, épargne aussi les autres

OiseleurAutourAlouette.jpg  OiseleurAutourAlouette2.jpg
L'Oiseleur, l'Autour et l'Alouette (VI,15)


En ce monde il se faut l'un l'autre secourir :
Si ton voisin vient à mourir,
C'est sur toi que le fardeau tombe.

AneCheval.jpg
Le Cheval et l'Ane (VI,16)

*


Chacun se trompe ici-bas :
On voit courir après l'ombre
Tant de fous qu'on n'en sait pas
La plupart du temps le nombre.

ChienProieOmbre.jpg
Le Chien qui lâche sa proie pour l'ombre (VI,17)


Aide-toi, le ciel t'aidera

Chartier3.jpg  Chartier.jpg  Chartier2.jpg
Le Chartier embourbé (VI,18)


C'est folie
De compter sur dix ans de vie.
Soyons bien buvants, bien mangeants :
Nous devons à la mort de trois l'un en dix ans.

Un homme sur trois est voué à la mort dans les 10 ans qui viennent 

Charlatan1.jpg   Charlatan.jpg
Le Charlatan (VI,19)


Selon que vous serez puissant ou misérable
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir

AnimauxPeste2.jpg  AnimauxPeste.jpg
Les animaux malades de la peste (VII,1)

*

 

Ne soyons pas si difficiles:
Les plus accomodants, ce sont les plus habiles;
On hasarde de perdre en voulant trop gagner.
Gardez-vous de rien dédaigner,
Surtout quand vous avez à peu près votre compte.
Bien des gens y sont pris.

Heron.jpg   Heron2.jpg

Le Héron (VII,4)


Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire,
Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère,
Et tâchez quelquefois de répondre en Normand.

CourLion.jpg
La cour du Lion (VII,7)

*


Tenez toujours divisés les méchants:
La sureté du reste de la terre
Dépend de là. Semez entre eux la guerre,
Ou vous n'aurez avec eux nulle paix.

VautoursPigeons.jpg
Les Vautours et les Pigeons (VII,8)

*


Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S'introduisent dans les affaires:
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.

CocheMouche3.jpg CocheMouche2.jpg CocheMouche.jpg
Le Coche et la Mouche (VII,9)

*

 

Tout vainqueur insolent à sa perte travaille.
Défions-nous du sort, et prenons garde à nous
La fortune se plaît à faire de ces coups:
Après le gain d'une bataille.

2coqs.jpg

Les deux Coqs (VII,13)

*


Le bien nous le faisons, le mal c'est la fortune;
On a toujours raison, le destin toujours tort.

IngratiInjuste.jpg
L'Ingratitude et l'Injustice des Hommes envers la Fortune (VII,14)

*

 

La Mort ne surprend point le sage;
Il est toujours prêt à partir,
S'étant su lui-même avertir
Du temps où l'on se doit résoudre à ce passage.

MortMourant.jpg
La Mort et le Mourant (VIII,1)

*


Défendez-vous par la grandeur,
Alléguez la beauté, la vertu, la jeunesse:
La Mort ravit tout sans pudeur;

MortMourant3.jpg
La Mort et le Mourant (VIII,1)

*


Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret

MortMourant2.jpg
La Mort et le Mourant (VIII,1)

*


Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire;
Faites, si vous pouvez, votre cour sans vous nuire.
Le mal se rend chez vous au quadruple du bien.
Les daubeurs ont leur tour d'une ou d'autre manière:
Vous êtes dans une carrière
Où l'on ne se pardonne rien.

LionLoupRenard.jpg
Le Lion, le Loup et le Renard (VIII,3)

*


Le monde est vieux, dit-on: je le crois; cependant
Il le faut amuser encor comme un enfant.

PouvoirFables.jpg
Le pouvoir des Fables (VIII,4)

*


Rien ne pèse tant qu'un secret:
Le porter loin est difficile aux dames;
Et je sais même sur ce fait
Bon nombre d'hommes qui sont femmes.

FemmesSecret2.jpg  FemmesSecret.jpg
Les Femmes et le secret (VIII,6)

*


Nous n'avons pas les yeux à l'épreuve des belles,
Ni les mains à celle de l'or:
Peu de gens gardent un trésor
Avec des soins assez fidèles.

ChienPorteDiner.jpg    ChienPorteDiner3.jpg
Le Chien qui porte au cou le dîné de son Maître (VIII,7)

*


Si quelque scrupuleux, par des raisons frivoles,
Veut défendre l'argent et dit le moindre mot,
On lui fait voir qu'il est un sot.
Il n'a pas de peine à se rendre:
C'est bientôt le premier à prendre.

ChienPorteDiner2.jpg
Le Chien qui porte au cou le dîné de son Maître (VIII,7)

 *

 

Tel est pris qui croyait prendre

RatHuitre2.jpg   RatHuitre.jpg
Le Rat et l'Huitre (VIII,9)

*


Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami;
mieux vaudrait un sage ennemi.

OursJardin.jpg
L'Ours et l'Amateur des jardins (VIII,10)

*


Qu'un ami véritable est une douce chose!
Il cherche vos besoins au fond de votre cœur;
Il vous épargne la pudeur
De les lui découvrir lui même:
Un songe, un rien, tout lui fait peur
Quand il s'agit de ce qu'il aime.
Les deux Amis (VIII,11)

 

Quand le mal est certain,
La plainte ni la peur ne changent le destin;
Et le moins prévoyant est toujours le plus sage.
CochonChevreMouton.jpg
 *
 

Amusez les rois par des songes;
Flattez-les, payez-les d'agréables mensonges:
Quelque indignation dont leur cœur soit rempli,
Ils goberont l'appât; vous serez leur ami.

obsèquesLionne.jpg
Les Obsèques de la Lionne (VIII,14)

*


Se croire un personnage est fort commun en France:
On y fait l'homme d'importance,
Et l'on n'est souvent qu'un bourgeois.
C'est proprement le mal françois:
La sotte vanité nous est particulière.

RatElephant.jpg
Le Rat et l'Eléphant (VIII,15)

*


On rencontre sa destinée
Souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter.

Astrologie.jpg  Horoscope.jpg
L'Horoscope (VIII,16)

*


Il se faut entr'aider, c'est la loi de nature

AneChien2.jpg  AneChien3.jpg
L'Ane et le Chien (VIII,17)

*


.../...tout compté, mieux vaut, en bonne foi,
S'abandonner à quelque puissant roi,
Que s'appuyer de plusieurs petits princes.

Bassa2.jpg   Bassa.jpg
Le Bassa et le Marchand  (VIII,18)

*


Laissez dire les sots, le savoir a son prix
L'Avantage de la Science (VIII,19)

 

Les gens sans bruit sont dangereux
Il n'en est pas ainsi des autres.
Le Torrent et la Rivière (VIII,23)

 

Les vertus devraient être sœurs
Ainsi que les vices sont frères.
Dès que l'un de ceux-ci s'empare de nos cœurs,
Tous viennent à la file, il ne s'en manque guères.

2chiensAneMort.jpg
Les deux Chiens et l'Ane mort (VIII,25)

*


Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'honneur
De vouloir par raison combattre son erreur:
Enchérir est plus court, sans s'échauffer la bile.
Le Dépositaire infidèle (IX,1)

 

Amants, heureux amants, voulez-vous voyager?
Que ce soit aux rives prochaines.
Soyez-vous l'un à l'autre un monde toujours beau,
Toujours divers, toujours nouveau;
Tenez-vous lieu de tout, comptez pour rien le reste.

2Pigeons2.jpg   2Pigeons.jpg
Les deux Pigeons (IX,2)

*


Ce n'est pas sur l'habit
Que la diversité me plaît; c'est dans l'esprit:
L'une fournit toujours des choses agréables;
L'autre, en moins d'un moment, lasse les regardants.
Oh! que de grands seigneurs au léopard semblables,
N'ont que l'habit pour tous talents!

SingeLeopard.jpg
Le Singe et le Léopard (IX,3)


Chacun tourne en réalités,
Autant qu'il peut, ses propres songes:
L'homme est de glace aux vérités;
Il est de feu pour les mensonges.

Statuaire.jpg
Le Statuaire et la statue de Jupiter (IX,6)


Tout débattu, tout bien pesé,
Les âmes des souris et les âmes des belles
Sont très différentes entre elles;
Il en faut revenir toujours à son destin,
C'est à dire à la loi par le ciel établie:
Parlez au diable, parlez à la magie,
Vous ne détournerez nul être de sa fin.

La Souris métamorphosée en Fille (IX,7)


Jamais auprès des fous ne te mets à portée:
Je ne te puis donner un plus sage conseil.
Il n'est enseignement pareil
A celui-là de fuir une tête éventée.
On en voit souvent dans les cours:
Le prince y prend plaisir; car ils donnent toujours
Quelque trait aux fripons, aux sots, aux ridicules.

FouSagesse.jpg
Le Fou qui vend la sagesse (IX,8)

*


Mettez ce qu'il en coûte à plaider aujourd'hui;
Comptez ce qu'il en reste à beaucoup de familles,
Vous verrez que Perrin tire l'argent à lui,
Et ne laisse aux plaideurs que le sac et les quilles.

HuitrePlaideurs.jpg  HuitrePlaideurs3.jpg  HuitrePlaideurs2.jpg
L'Huître et les Plaideurs (IX,9)

*


De tous les animaux, l'homme a le plus de pente
A se porter dedans l'excès.
Il faudrait faire le procès
Aux petits comme aux grands. Il n'est âme vivante
Qui ne prêche en ceci. Rien de trop est un point
Dont on parle sans cesse, et qu'on n'observe point.

Epinal.jpg
Rien de trop (IX,11)


Le trop d'expédients peut gâter une affaire:
On perd du temps au choix, on tente, on veut tout faire.
N'en ayons qu'un, mais qu'il soit bon.

ChatRenard.jpg
Le Chat et le Renard (IX,14)


L'avare rarement finit ses jours sans pleurs,
Il a le moins de part au trésor qu'il enserre,
Thésaurisant pour les voleurs,
Pour ses parents ou pour la terre.
Le Trésor et les deux Hommes (IX,15)

 

Aussi ne le sont pas la plupart de ces princes
Qui, flattés d'un pareil emploi,
Vont s'échauder en des provinces
Pour le profit de quelque roi.

SingeChat.jpg   SingeChat2.jpg

SingeChat3.jpg
Le Singe et le Chat (IX,16)


Ventre affamé n'a point d'oreilles

MilanRossignol.jpg
Le Milan et le Rossignol (IX,17)


Haranguez de méchants soldats:
Ils promettent de faire rage;
Mais, au moindre danger, adieu tout le courage;
Votre exemple et vos cris ne les retiendront pas.

BergerTroupeau.jpg
Le Berger et son troupeau (IX,18)

*


On en use ainsi chez les grands:
La raison les offense, ils se mettent en tête
Que tout est né pour eux, quadrupèdes et gens
Et serpents.
Si quelqu'un desserre les dents,
C'est un sot. -J'en conviens: mais que faut-il?
- Parler de loin ou bien se taire.

HomeCouleuvre.jpg
L'Homme et la Couleuvre (X,1)

*


Imprudence, babil, et sotte vanité,
Et vaine curiosité,
Ont ensemble étroit parentage.
Ce sont enfants tous d'un lignage.

2canardsTortue.jpg   2canardsTortue2.jpg
La Tortue et les deux Canards (X,2)

*


Qu'importe qui vous mange? Homme ou loup, toute panse
Me paraît une à cet égard;
Un jour plus tôt, un jour plus tard,
Ce n'est pas grande différence.

PoissonsCormoran.jpg
Les Poissons et le Cormoran (X,3)

*


Il n'est pas malaisé de tromper un trompeur

Enfouisseur.jpg   Enfouisseur2.jpg
L'Enfouisseur et son compère (X,4)


Jupin pour chaque état mit deux tables au monde:
L'adroit, le vigilant, et le fort sont assis
A la première; et les petits
Mangent leur reste à la seconde.

HirondelleAraignée.jpg   HirondelleAraignée2.jpg
L'Araignée et l'Hirondelle (X,6)


Ô vous, pasteurs d'humains et non pas de brebis,
Rois, qui croyez gagner par raisons les esprits
D'une multitude étrangère,
Ce n'est jamais par là que l'on en vient à bout.
Il y faut une autre manière:
Servez-vous de vos rets; la puissance fait tout.

PoissonsBerger.jpg   PoissonsBerger2.jpg
Les Poissons et le Berger qui joue de la Flûte (X,10)

*


L'absence est aussi bien un remède à la haine
Qu'un appareil contre l'amour.

2perroquets.jpg
Les deux Perroquets, le Roi et son Fils (X,11)

*


Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire

2anenturiers.jpg  
Les deux Aventuriers et le Talisman (X,13)

*


Fortune aveugle suit aveugle hardiesse.
Le sage quelquefois fait bien d'exécuter
Avant que de donner le temps à la sagesse
D'envisager le fait, et sans la consulter.

2anenturiers2.jpg
Les deux Aventuriers et le Talisman (X,13)

*

 

Toi donc, qui que tu sois, ô père de famille
(Et je ne t'ai jamais envié cet honneur),
T'attendre aux yeux d'autrui quand tu dors, c'est erreur.
Couche-toi le dernier, et vois fermer ta porte.
Que si quelque affaire t'importe,
Ne la fais point par procureur.

FermierChienRenard.jpg  FermierChienRenard3.jpg
Le Fermier, le Chien et le Renard (XI,3)

*


Quand le moment viendra d'aller trouver les morts,
J'aurai vécu sans soin, et mourrai sans remords.

SongeMogol.jpg
Le Songe d'un habitant du Mogol (XI,4)

*


L'amour-propre, au rebours, fait qu'au degré suprême
On porte ses pareils; car c'est un bon moyen
De s'élever aussi soi-même.
De tout ce que dessus j'argumente très bien
Qu'ici-bas maint talent n'est que pure grimace,
Cabale, et certain art de se faire valoir,
Mieux su des ignorants que des gens de savoir

Singe2anes.jpg
Le Lion, le Singe et les deux Anes (XI,5)


Il ne faut jamais dire aux gens:
" Ecoutez un bon mot, oyez une merveille."
Savez-vous si les écoutants
En feront une estime à la vôtre pareille?

SourisChatHuant.jpg
Les Souris et le Chat-huant (XI,9)

*


La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir
La vieillesse est impitoyable

ChatVieuxSourisJeune.jpg
Le vieux Chat et la jeune Souris (XII,5)

*


Il en coûte à qui vous réclame,
Médecins du corps et de l'âme!
Ô temps! ô mœurs! j'ai beau crier,
Tout le monde se fait payer

cerfMalade2.jpg
Le Cerf malade (XII,6)


Voilà le train du monde et de ses sectateurs:
On s'y sert du bienfait contre les bienfaiteurs.
Je suis las d'en parler.
Mais que de doux ombrages
Soient exposés à ces outrages,
Qui ne se plaindrait là-dessus!
Hélas! j'ai beau crier et me rendre incommode,
L'ingratitude et les abus
N'en seront pas moins à la mode.

ForetBucheron.jpg   ForetBucheron2.jpg
La Forêt et le Bûcheron (XII,16)


... de tout inconnu le sage se méfie

RenardLoupCheva2l.jpg
Le Renard, le Loup et le Cheval (XII,17)

*


Le trop d'attention qu'on a pour le danger
Fait le plus souvent qu'on y tombe.

RenardDindes.jpg
Le Renard et les Poulets d'Inde (XII,18)

*

 

Source : le beau site de Jean-Marc Bassetti (Merci)

***

Et un petit supplément divertissant

LE CHIEN ET LES CHACALS !  JAMAIS APPRISE A L'ÉCOLE !
Est-elle vraie ? ?
Je ne me souviens pas de cette fable !         
Aurait-elle été boycottée sciemment par nos enseignants bien pensants ?
Lisez attentivement cette fable, peu connue !! Elle doit dater de 1671.
Un sacré visionnaire, ce Jean de la Fontaine !

LE CHIEN ET LES CHACALS
 
Du coquin que l’on choie, il faut craindre les tours
Et ne point espérer de caresse en retour.
Pour l’avoir ignoré, maints nigauds en pâtirent.
C’est ce dont je désire, lecteur, t’entretenir.
Après dix ans et plus d’homériques batailles,
De méchants pugilats, d’incessantes chamailles,
Un chien était bien aise d’avoir signé la paix
Avec son voisin, chacal fort éclopé
Qui n’avait plus qu’un œil, chassieux de surcroit,
Et dont l’odeur, partout, de loin le précédait.
Voulant sceller l’événement
Et le célébrer dignement,
Le chien se donna grande peine
Pour se montrer doux et amène.
Il pria le galeux chez lui,
Le fit entrer, referma l’huis,
L’assit dans un moelleux velours
Et lui tint ce pieux discours :
« Or donc, Seigneur Chacal, vous êtes ici chez vous !
Profitez, dégustez, sachez combien je voue
D’amour à la concorde nouvelle entre nous !
Hélas, que j’ai de torts envers vous et les vôtres,
Et comme je voudrais que le passé fût autre !
Reprenez de ce rôt, goûtez à tous les mets,
Ne laissez un iota de ce que vous aimez ! »
L’interpellé eut très à cœur
D’obéir à tant de candeur.
La gueule entière à son affaire,
Il fit de chaque plat désert
Cependant que son hôte affable
Se bornait à garnir la table.
Puis , tout d’humilité et la mine contrite,
En parfait comédien, en fieffée chattemite,
Il dit : «Mais, j’y songe, mon cher,
Nous voici faisant bonne chère
Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :
Mes épouses, mes fils, mes neveux et mes filles,
Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,
Toute ma parentèle tant nue que maigrelette.
Allons-nous les laisser jeûner jusqu’au matin ? »
"Certes non ! » répliqua, prodigue, le matin,
Qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent
Quarante et un chacals parmi les moins sincères.
Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules
Des grands et des menus, même des minuscules.
Ils avaient tant de crocs, de rage et d’appétit,
Ils mangèrent si bien que petit à petit
Les vivres s’étrécirent comme peau de chagrin
Jusqu’à ce qu’à la fin il n’en restât plus rien.
Ce que voyant, l’ingrat bondit :
« Ah ça, compère, je vous prédis
Que si point ne nous nourrissez
Et tout affamés nous laissez
Tandis que vous allez repu,
La trêve entre nous est rompue ! »
Ayant alors, quoi qu’il eût dit,
Retrouvé forces et furie,
Il se jeta sur son mécène,
Et en une attaque soudaine
il lui récura la toison,
Aidé de toute sa maison.
Puis, le voyant à demi mort,
De chez lui il le bouta hors.
Et l’infortuné crie encore
«La peste soit de mon cœur d’or ! »

Retenez la leçon, peuples trop accueillants :
À la gent famélique, point ne devez promettre.
Ces êtres arriérés, assassins et pillards
Marchent en rangs serrés sous le vert étendard.
Vous en invitez un, l’emplissez d’ortolans,
Et c’est jusqu’à vos clefs qu’il vous faut lui remettre.
Jean de LA FONTAINE   OUI ou NON ? Q'en pensez-vous ?
 

***

Prenez encore quelques secondes pour lire le texte ci-dessous.
Il date de 400 ans et pourtant, je crois qu'on pourrait trouver le même texte dans nos quotidiens actuels...

Une leçon d’administration publique qui date de 400 ans !
Et toujours d’actualité…

Voici la citation de Colbert et Mazarin qui n'a pas pris une seule ride
ColbertMazarin1.jpg
Colbert :
« Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J'aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou… »

Mazarin :
«Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison.

 Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.»
ColbertMazarin2.jpg
Colbert :
«Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?»

 Mazarin :
«On en crée d'autres.»


Colbert :
«Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.»
ColbertMazarin3.jpg
 Mazarin :
«Oui, c’est vrai, c'est impossible !»

Colbert :
«Alors, les riches ?»

Mazarin :
«Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres !»

Colbert :
«Mais alors, comment fait-on ?»

Mazarin :
«Colbert, tu raisonnes comme un fromage (ou comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade) !

Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres !

C'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux-là… plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser ;
c'est un réservoir inépuisable.»
ColbertMazarin4.jpg


Extrait du "Diable Rouge"
…et c'était il y a 4 siècles !  

Vous pouvez relire et vérifier…tout est exact au mot près !

 

 

 

 

 

 

 



08/12/2015
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres