dico-collection

dico-collection

• BONS MOTS

A Savoir :

Un trésor caché dans votre jardin : Durant des millénaires, nos ancêtres se sont soignés et guéris avec les remèdes naturels fournis par la nature. Mais aujourd’hui, en faculté de médecine, seules 30 plantes sont encore au programme, sur plus de 800 000 connues !

Actuellement des gens bien intentionnés œuvrent pour éviter la disparition de ces précieuses connaissances.

 ***

 

 Comme dans la FABLE "Le laboureur et ses enfants"

Creusez, fouillez... Deçà, delà, partout...

Car chaque jour ce site est amélioré, enrichi... en douceur.

Visitez-le sans gêne et sans scrupule !

Et peut-être y trouverez-vous une pépite cachée ?

LeLaboureur2.jpg

 

 

Allez voir aussi les PROVERBES AFRICAINS , ils vous étonneront (←CLIQUEZ)

 

***

BONS MOTS & ANECDOTES

Avant de parler des BONS MOTS, ayons une pensée pour

"LES MOTS QUI DISPARAISSENT"

(par Jean d'Ormesson)  

 

***

Il y a des mots, des expressions, qu'on n'entend plus ou qu'on emploie moins.

 Ils arrivent exténués, à la fin du deuxième millénaire.

Le siècle, qui a commencé depuis plus de 15 ans maintenant, risque de leur être fatal.

 

Conservez-les, un jour viendra peut-être où on ne les trouvera plus dans aucun dictionnaire, si ce n'est du vieux français...

 

Exemples:

 

INCULPATION

A été expurgé du Code Pénal au profit de "mise en  examen". Cela afin d'éviter une infamante présomption de culpabilité.

Etre "en examen" ne présage pas du résultat de l'examen.

Aujourd'hui quand quelqu'un est MIS EN EXAMEN, on doit toujours insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité ? Comme du temps où il aurait été "inculpé".

 

INSTITUTEUR

Longtemps remplacé par "MAÎTRE D'ÉCOLE". Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l'enseignement, au bénéfice de "PROFESSEUR des ÉCOLES"

 

MAÎTRESSE

Ne pas assimiler à la version féminine d'instituteur !

Ce serait une "professeure des écoles". Les maris n'ont plus de maîtresse mais une "amie".

Les épouses conservent parfois l'amant, mais seulement à cause de la connotation romantique : les moins  romantiques n'ont qu'un ami aussi.

 

MORALE

A force d'être inemployée a disparu. Ne demeure que "ordre  moral", mais attention : connoté de « fascisme »

Toutefois personne ne se réclame du "désordre moral". La morale n'est plus enseignée, elle est remplacée par "éducation à  la citoyenneté"

 

MOURANT

Il n'y a plus de mourant mais des malades en "phase terminale".

Afin d'éviter une regrettable confusion ne dites pas à votre fils qu'il est en terminale mais qu'il va  passer son bac!

Pour désigner un mort doit-on parler d'un individu "en phase terminée" ?

 

PATRIOTE

Totalement absent du vocabulaire politique et civique.

Désigne aussi un bon citoyen américain et un missile américain.

 

PATRON

Nous n'en avons plus, ni même des chefs d'entreprise ,

mais des DIRIGEANTS D'ENTREPRISE.

Le CNPF (C N du patronat français) en a pris acte en devenant le MEDEF.

Seuls quelques cégétistes utilisent encore le terme de "patron" ce qui prouve bien qu'il est désormais péjoratif...

 

PAUVRE

N'existe plus. C'est un "défavorisé", un "plus défavorisé", un "exclus", un "S.D.F." à la rigueur un "laissé pour compte".

Dans les année 80, il subsistait uniquement dans  l'appellation "nouveau pauvre"; ce fut le chant du cygne.

 

PROVINCE

Dire "en RÉGION". On ne dit plus du "provincial" mais du "RÉGIONAL".

 

RACE

A été abolie au profit "d'appartenance ethnique". Sinon, vous êtes raciste, fasciste, nauséabond, …

On peut  néanmoins dire "black" en anglais et en banlieue.

 

SERVANTE ou BONNE

Se trouve dans les romans du XIX° siècle.

Aujourd'hui c'est une "employée de maison".

Quand elle s'occupe de  vieux - pardon de "personnes âgées" - elle devient "auxiliaire de  vie".

 

SÉQUESTRÉ

Aucun cadre, aucun chef d'entreprise n'est séquestré,  il est "retenu contre son gré".

 

VANDALE

a laissé place à "jeunes en colère" au "paysans en colère".

L'ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.

 

VANDALISME

impolitesse, injures, agressions, bris de matériel, racket sont regroupés sous le terme "incivilités".

On ne dira plus que ce sont des "sales gosses" mais qu'ils "manquent de civilité".

A noter la louable tentative de Jean-Pierre Chevènement d'introduire la  bénigne expression" SAUVAGEON". Il dû battre en retraite devant  « l'Insurrection des consciences ».

 

VOL

Terme réserve aux gagne-petit et aux obscurs.

Pour les  politiques on parlera "d'enrichissement personnel". Ce qui est condamné unanimement par les collègues contrairement à  l'enrichissement impersonnel, qui, lui, ne bénéficie qu'au parti,  mérite la compréhension, ce que les juges n'ont pas encore  compris.

 

VOYOU

En voie d'extinction. On ne connaît que des individus "connus  des services de polices", des "récidivistes", des multi-délinquants".

 

En France, "on ne parle plus des vacances de Pâques, on parle des vacances de printemps, au nom de la laïcité.

On n’a pas le droit de parler des vacances de Noël". Problème : si le ministère de l'Education nationale parle bien de "vacances de printemps", c'est le cas depuis plus de quarante ans, et dans le calendrier officiel des congés scolaires, il y a toujours les "vacances de la Toussaint" et les "vacances de Noël".

 

***

Voyons enfin les BONS MOTS du PASSÉ

(sources : Turlutaines, dictionnaire rigolo-clérical, dictionnaire des amoureux, des gens du monde)

 

 A

ABATIS : Le cou, les pattes, les ailerons de la volaille. Lorsqu'une grue a ces parties trop développées, on dit "Elle a les abatis canaille". Ça la déprécie bien un peu dans la ménagerie parisienne, mais ça ne l'empêche pas de faire son chemin. 

 

ABBÉ : Signifie père, pourtant ceux qui portent ce nom sont condamnés au célibat.

 

ACADÉMIE : Dortoir littéraire.

 

ABEILLE : "D'après les lois de l'Aérodynamisme, il est impossible que l'abeille puisse voler : elle vole quand même"

 

ABSENCE : Pour ceux qui s'aiment véritablement, l'absence, lorsqu'elle ne se prolonge pas trop, est une volupté.

 

ABSENCE : Quelle femme est malheureuse d'avoir des désirs si violents, lorsqu'elle est privée de celui qui seul peut les satisfaire ; que livrée à elle-même, n'ayant rien qui puisse la distraire, il faut qu'elle vive dans l'habitude des soupirs & dans la fureur d'une passion irritée ; que, bien loin d'être heureuse, elle n'a même pas l'avantage de servir à la félicité d'un autre ; ornement inutile d'un sérail, gardée pour l'honneur, & non pas pour le bonheur de son époux ! (Montesqieu)

 

ABSENT : Les absents ont toujours tort. Les gens présents n'ont jamais raison. - Que faire ?

 

ABOMINABLE : Ce que fait un homme qui trouve que Jeanne, la maîtresse de Paul, a de plus jolis yeux que la sienne.

 

ABSOUDRE : Absoudre en amour c'est autoriser à recommencer...

 

ACARIÂTRE : Se dit des gens d'humeur fâcheuse qui ne sont jamais contentes. Si on les trompe, elles crient; si on ne les trompe pas, elles grognent. 

 

ACCESSIBLE : Les approches de la femme ne sont défendues ni par les glaciers, ni par des rocs, ni par des précipices; en revanche, elle a des scrupules, des principes de la religion, des craintes assez fondées, l'opinion du monde, la peur du déshonneur. Malgré tout, les femmes sont presque toujours accessibles.

 

ACCOUPLER : Ça produit un couple "... qui fait rarement la paire". 

 

ACCOUTREMENT : Manière de désigner la façon dont s'habillent... les autres.

 

 

ADHÉSION : Transaction entre la conscience et l'intérêt.

 

 

ADJURATION : Formule dont l'Eglise romaine se sert pour faire sortir les démons du corps des individus qui en possèdent un. Ne sert plus que rarement de nos jours. Mais jadis on faisait des adjurations à tous les coins de rue.

 

ADULTÈRE : Tout concours à nous y pousser ; la curiosité, la perfidie, l'amour du fruit défendu, etc... Par conséquent, quoi de plus humain ?

 

ADULTÈRE : La femme adultère, chez les Saxons, on la brûlait. Chez les Egyptiens, on lui coupait le nez. Chez les Romains, on lui coupait la tête. Aujourd'hui en France, on se moque de son mari.[Alphonse Karr]

 

 

AFFAIRE : En amour il n'y a pas d'affaire, en affaires il n'y a pas d'amour.

 

AFFECTION : Ce qui suit l'amour qu'on a eu pour une honnête femme qui n'a pas voulu être malhonnête.

 

AFFIRMER : Verbe très actif, dont l'emploi est plus commode que celui des verbes : prouver, démontrer,  convaincre.

 

AFFRONT : Un des plus grands affronts que l'on puisse faire à beaucoup de femmes, c'est de les respecter.

 

ÂGE : Pourquoi le cacher, chère madame ? Si vous paraissez plus que votre âge, vous avez intérêt à l'afficher. Si  vous paraissez moins, vous devez vous glorifier.

 

ÂGE : C'est le secret que le beau sexe garde bien inviolablement & je crois que c'est le seul.

 

L'ÂGE est comme la neige qui fond au soleil.

 

AGRÉMENT : Il faut bien convenir qu'il n'y a point de femmes à qui il soit plus aisé d'être vertueuse, qu'à celles qui manquent d'agréments.

 

AGRICULTURE : Les récoltes devenant artificiellement de plus en plus importantes, jusqu'au jour prochain où elle mourra empoisonnée ! (Pierre De WITTE)

 

AÏEUX : Se vanter de ses aïeux, c'est aller chercher dans les racines les fruits que l'on doit trouver sur les branches.

 

ALPHABET : Ses caractères réunis ont instruit les hommes.

 

Les AMANTS, abandonner ils peuvent,

les maris, c'est forcé qu'ils demeurent jusqu'à ce qu'ils meurent. (XVI°siècle)

 

Les AMANTS, comme les voleurs, prennent d'abord des précautions superflues ; ils les négligent par degrés ; ils oublient les nécessaires & sont pris.

 

AMBITION : L'esclave n'a qu'un maître ; l'ambitieux en a autant qu'il y a de gens utiles à sa fortune.

 

AMI : Je suis votre ami, et pour vous, suis-je votre ami ?

 

 

AMI(E) : Se dit d'une personne du sexe oppose qui a ce " je ne sais quoi" qui élimine toute intention de vouloir coucher avec elle.

 

L'AMITIÉ d'un grand homme est un bienfait des dieux.

 

L'AMITIÉ Si vous avez prêté de l'argent à un ami, ne le redemandez pas, mais attendez qu'il vous le rende. 

 

AMOUR : Les malheureux harangueurs parlent sans cesse contre l'amour, qui est la seule consolation du genre humain.

 

L'AMOUR est le plus grand des maux, quand il n'est pas le plus grand bien.(Voltaire)

 

L’AMOUR qui se nourrit de présents a toujours faim

 

AMOUR : L'amour est le roi des jeunes & le tyran des vieillards.

 

AMOUR : Il est rare que l'on aime ceux à qui l'on obéit & que ceux qui commandent veuillent autre chose que des respects.

 

ANGLAIS : Quand on voyage sans connaître l'anglais, on a l'impression d'être sourd-muet et idiot de naissance. (Philippe Bouvard)

 

APOTHICAIRE : Charlatan qui manipule des drogues qu'il ne connaît pas, pour les faire entrer dans un corps qu'il connaît encore moins.

 

APPROUVER QUELQU'UN : Penser comme lui... quand il pense comme nous

 

APPUI : Support qui soutient. La femme a toujours besoin d'un appui; quant elle en prend deux elle tombe.

 

APPUI : On ne peut s'appuyer que sur ce qui résiste.

 

ARCHIVES : Dépôt de beaucoup de chimères respectables, et de beaucoup  d'impostures utiles

 

ARGENT : Métal ductile et intrigant qui, sans avoir le valeur de l'or, a su se faire un nom plus populaire. On de dit pas d'un homme riche : il a de l'or, mais bien il a de l'argent. Les gens laids prétendent qu'on ne peut être aimé sans lui.

 

ARGENT : Métal précieux qui, par une espèce de vertu cachée, décide dans la société du mérite  d'un individu et de l'accueil qu'on doit lui faire.

 

ARGENT : C'est comme le fumier, il n'est utile que lorsqu'il est répandu.

 

ARGENT : J'ai peur que l'Etat dépense moins bien mon argent que je ne le ferais. (Ph. Bouvard)

 

L'ARGENT SALE et L'ARGENT PROPRE

L'argent est en général mal vu chez les autres, c'est l'argent sale.

Celui qui en a est soupçonné de l'avoir arraché à de pauvres gens sans défense.

En a-t-il hérité de sa famille ? Il n'est pas pour autant tiré d'affaire, dans ce cas aussi son argent est mal acquis ; son seul mérite serait le hasard d'être né une petite cuillère d'argent dans la bouche, ce qui est injuste vis à vis de celui qui est né environné de couverts en fer blanc.

L'argent propre est à la rigueur celui gagné par un talent d'amuseur public (acteur, chanteur, sportif de haut niveau) ou au jeu (Loto). Dans ce dernier cas, l'argent prodigué par un jeu de hasard, inventé par l'homme serait plus respectable que celui qui est prodigué par le hasard de la naissance présidée par Dame Nature.

Il y aurait donc de l'argent propre... celui qui est gagné par ceux qui n'en gagnent pas beaucoup...

et de l'argent sale, celui qui est accumulé par ceux qui en gagnent beaucoup, par exemple les entrepreneurs ou certaines professions dites libérales

Mais la noble mission purificatrice de l'impôt et de la redistribution vient transformer l'argent sale.

Car la taxe chez nous n'est plus vue comme la contribution de chacun au bon fonctionnement de l'Etat.

Il est désormais admis que l'Etat agisse en justicier, rétablisse la justice en "redistribuant" les revenus. 

C'est le miracle de Saint Fisc que de transformer l'argent sale (vilainement gagné)

en argent propre (prodigué par l'Etat à ceux qui sont jugés nécessiteux).

- Et le pouvoir d'achat, là-dedans ?

 Quelle distinction entre argent propre et argent sale ?

C'est une distinction qui permet aux élus de prendre aux uns pour donner à ceux qu'ils choisissent, en général ceux qui sont susceptibles de voter pour eux.

"L'argent propre est celui qui est gagné avec une activité soumise à la concurrence.

La véritable concurrence est la seule et unique garantie que l'argent n'a pas été extorqué... puisqu'à tout moment chacun a le choix de dépenser ou pas, de se fournir ailleurs ou pas.

Le monopole privé n'existe pas.

Si une activité est lucrative, des concurrents ne tarderont pas à se manifester".

L'argent sale, encouragé par l'Etat au travers de passe-droits, privilèges, normes et prébendes ne va pas disparaître, rassurez-vous ; la blanchisseuse de Saint-Fisc va continuer à tourner.

Le monopole public ou délégué par l'Etat est en général le plus détestable et le plus difficile à faire sauter car il se protège par des lois.      Inspiré d'un texte de Simone Wapler dans la chronique Agora

 

ARMÉE : Réunion de soldats, qui se tuent sans se connaître, pour défendre un homme qu'ils connaissent à peine.

 

ARTISAN : Abeille de la société, méprisée par les frelons qui mangent son miel.

 

Les ASSASSINS, sont estimés entre les Mahométans, d'une souveraine dévotion & pureté de mœurs. Ils tiennent que le plus court chemin à gagner le Paradis, c'est de tuer quelqu'un de religion contraire... (Montaigne).

 

ASSEMBLÉE POLITIQUE : Réunion de personnes qui font trop souvent ce que veulent les autres.

 

ASTROLOGIE : Un maître et un esclave naissant au même instant ; c'est un fait  qui ne peut être que fort ordinaire. Cependant l'un s'avance dans une carrière brillante, l'autre ne marche que sur des épines : néanmoins l'Astrologue, en suivant les règles de son art, n'a pu dire que les même choses sur les mêmes apparences du ciel... Donc l'astrologie est fausse.

 

ATHÉE. M. Bayle a prétendu prouver qu'il valait mieux être Athée  qu'Idolâtre ; c'est-à-dire, en d'autres termes, qu'il est moins dangereux de n'avoir point de religion, que d'en avoir une mauvaise.

 

ATHÉE : Les ignorants ou les fanatiques donnent ce nom à l'homme qui s'élève au-dessus des préjugés, et qui croit qu'on peut être religieux sans superstition et catholique sans intolérance.

 

AU-DELÀ : Qu'il y ait une existence pour les hommes dans l'au-delà, qu'il y ait même un au-delà, voila le point où se dresse la contradiction et le scepticisme. Pour tout esprit nourri de la culture scientifique du XX°siècle parce ce que la  vie dans l'au-delà est une chimère, un rêve, dont on ne peut s'occuper scientifiquement qu'on n'a jamais pu apporter une preuve formelle de la réalité de cet au-delà.

 

AVARE, qui semblables aux pourceaux, ne font plaisir à personne que par leur mort.

 

 


L'AVANTAGE d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire
l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible. (Woody allen)

 

AVOCATC'est une personne qui écrit un document de 10.000 mots et l'intitule " Sommaire ". (Franz Kafka)

 

B

Marqué du B : Une vieille superstition fâcheuse était attachée à toute personne  atteinte d'une infirmité dont le nom commence par un B : bancal, bancroche, bègue, boiteux, borgne, bossu.

 

BAIN : Charlemagne avait fait construire à Aix-la-Chapelle un bain public, où il se baignait avec toute son armée.

 

 

Le BAISER que j'ai cueilli sur tes lèvres ne doit pas vous fâcher : mon bonheur ne vous a rien coûté.

 

BAL : Les filles à marier assistaient à ces bals ; les mères se trouvaient alors à leur véritable place, on le aimait, on les respectait, mai sous  le règne de la terreurs on ne les voyait point.

 

BAL MASQUÉ : Établissement de charité pour les femmes laides.

 

BAPTÊME : Le baptême fut aboli sous le règne de la terreur... mais les vertueux prêtres qui l'ont administré (et il y en eut beaucoup) se sont exposés au martyre...

 

BÂTARD : Les pères étaient privés de l'autorité paternelle sur les bâtards. Le plaisir devait être leur unique récompense.

 

La BEAUTÉ est le premier présent que la nature nous fait & le premier qu'elle nous ôte.

 

BEAUTÉ : C'est que vous êtes belle, & que, dans le monde ; avec la beauté que vous avez, & quelque vertueuse qu'on soit, on est toujours exposée soi-même à force d'exposer les autres. (Marivaux)

 

BEAUTÉ : D'après Platon : un privilège de la nature.

D'après Solon : une courte tyrannie.

D'après Diogène : La meilleure recommandation.

D'après Bion : un bien qui ne nous appartient pas.

D'après Théocrite : un serpent caché sous ses fleurs.

 

BESOINS : Un homme était riche, il devient pauvre ; laissez-le faire, la nature en lui a pourvu à tout ; c'est un soldat qui a armes et bagages : quand il était riche, il était délicat ; à présent qu'il n'a plus rien, la friandise le quitte, l'amour des commodités le laisse là ; son goût baisse & devient ce qu'il faut qu'il soit, pour s'ajuster à son état ; il aimera le pain comme il aimait la perdrix ; l'eau fraîche, comme il aimait le bon vin ; & le vin , comme il aimait la plus exquise des liqueurs : en un mot ses besoins s'humanisent ; ils demandent peu, parce qu'il ne peuvent avoir beaucoup & le peu qu'ils ont les satisfait mieux cent fois, que le beaucoup quand ils l'avaient. (Marivaux)

 

BIBLIOTHÈQUE : Dépot de vérités et d'erreurs, où le mauvais l'emporte malheureusement souvent sur le bon.



BIBLIOTHÈQUE : N'est-il pas ridicule de voir des personnes plongées dans la dissipation & dans les plaisirs du monde, faire un amas inutile de livres, qu'ils n'ouvrent jamais, et qu'ils ne regardent que comme meubles ? Ce qui devrait orner leur esprit, ne sert qu'à orner leurs cabinets.

 

 

BIBLIOTHÈQUE : Meuble utile d'un savant ; meuble de luxe et d'apparat chez un ignorant.

 

 

BIBLIOTHÈQUE : Pharmacie et égout de l'esprit humain.

 

BIENFAITEUR : Faire un homme heureux, c'est mériter de l'être.

 

BIEN : Il vaut mieux commettre un petit mal, que de perdre l'occasion de faire un petit bien.

 

BIENFAIT : Il faut peu de chose aux pauvres & aux étrangers pour les tirer de leur misère ; on leur donne beaucoup en leur donnant peu, & la reconnaissance qu'ils en ont vaut mieux que le bien qu'on leur fait.  

 

BIENFAIT : Il ne faut jamais oublier un bienfait qu'on a reçu ; mais il ne faut jamais se ressouvenir de celui qu'on a fait.

 

C'est une BIENSÉANCE, dont  l'usage a fait loi, de louer son prédécesseur, quelque mince ait été son mérite.

 

BLÂME : ... la sévérité aigrit les esprits; la bonté corrige; & l'amitié fait aimer la vertu.

 

BLANC-VILAIN : Homme dont les fonctions consistaient jadis à jeter des boulettes empoisonnées aux chiens errants.

 

BEAU BLOND : Se dit ironiquement des gens qui ne sont ni beaux ni blonds.

 

BONHEUR : Il est indubitable que celui qui jouit de sa maitresse est plus heureux dans ce moment que son rival méprisé qui gémit.

 

BONHEUR : Absence de tous les maux ; possession de tous les biens

 

Le BONHEUR c'est aussi souvent de ne plus faire certaines choses qu'on croyait indispensables.  (Philippe Bouvard)

 

Le BONHEUR n'est pas chose aisée ; il est très difficile de le trouver en nous, et impossible de le trouver ailleurs.

 

BON : Homme qui réfléchit peu et agit beaucoup.

 

BON MOT : Une chose que chacun pensait, et qu'il le dit d'une manière fine et nouvelle.  

 

BOUILLABAISSE : Seul plat français permettant de facturer la rouille au prix du fer forgé. (Rivarol)

 

BOUSSOLE : Tout le monde sait que l'invention de la boussole a changé la face de la navigation. 

L'usage de la boussole est de régler la latitude, c-à-d de marquer la distance de l'équateur au zénith ou point vertical où l'on se trouve. Il n'a été trouvé qu'en l'année 1330. Mais auparavant les oiseaux suppléaient à ce défaut, parce que les pilotes (navigateurs) s'en servaient, en leur donnant la volée & et ces guides fidèles ne manquaient pas de les mener à terre, & de leur montrer les ports.

Les Anciens n'ayant pas la boussole, ne pouvaient naviguer que sur les côtes ; aussi ils ne se servaient que de bâtiments à rames, petits & plats.

 

BRETELLES : Les hommes ont une mode très pernicieuse pour la santé, quand celles-ci sont croisées sur l'estomac, elles rétrécissent la poitrine, gênent les fonctions de l'estomac, arrondissent les épaules et nuisent à la santé.

 

C

 

CABRIOLETS : Il n'y avait point de cabriolets sous l'ancien régime ; on ne désirait pas aller si vite ; on n'était pas si pressé, si inquiet, si curieux, si remuant ; les gens qui trouvaient les fiacres trop chers prenaient l'humble vinaigrette, ou l'indolente chaise à porteurs. Ces deux voitures ont été supprimées au commencement de la révolution.

 

 

CACHEMIRE : Décoration des femmes entretenues.

 

CAFARD : On connaissait les cafards religieux ; de nos jours, il est beaucoup de cafards politiques.

 

CAISSIER : Homme qui n'a besoin ni de politesse, ni d'esprit pour plaire.

 

 

CALENDRIER : Horloge que la jeunesse consulte avec espérance, l'âge mur avec inquiétude, et la vieillesse avec effroi.

 

 

CANDIDAT : Personne obtenant de l'argent des riches et des votes des pauvres pour protéger les uns des autres.

 

 

CARESSES : Quelle différence entre "être forcé par des voies de fait ou séduit par des caresses". L'une et l'autre concourent à éloigner l'homme de la droite raison.

 

CARACTÈRE : Dans notre société, on dit que quelqu'un a du caractère lorsqu'il accorde plus d'importance à ses propres opinions qu'à celles d'autrui. (Philippe Bouvard) 

 

CÉCITÉ : Conformation de l'œil qui empêche de reconnaître un ancien ami quand il est dans le malheur.

 

CÉLIBAT : Etat commode pour ceux qui veulent jouir des plaisirs du mariage, sans en supporter les peines.

 

LIBAT : Le droit germanique avait statué des peines contre ceux qui refusaient de se marier ; entr'autres celle de ne pouvoir disposer de leur héritage, qui était adjugé au fisc !

Les Lacédémoniens condamnaient tous les célibataires, sans exception, à payer à l'Etat une "amende pour le célibat".

L'obligation du célibat pour les prêtres, quoique reconnue dans toute l'Eglise d'Occident, n'en était plus sacrée au milieu du XI° siècle, dans la Bretagne & la Normandie. Les uns entretenaient publiquement des femmes perdues de débauches ; les autres avaient des concubines, ou comme on parlait alors, des chambrières : quelques uns même, persuadés qu'il était plus honnête d'avoir des épouses légitimes, se mariaient authentiquement par des contrats civils.

Les Papes, les conciles ne purent réprimer cette licence, qu'en permettant aux Seigneurs de réduire en servitude & de vendre comme esclaves, les enfants qui provenaient de ces mariages illicites.

La dépravation des mœurs était si grande parmi le clergé de XII° & XIII° siècle que toutes les foudres de l'Eglise furent plusieurs fois lancées inutilement pour réduire les prêtres au célibat.

 

CÉRÉMONIES FUNÈBRES : Honneurs rendus aux morts par considérations pour les vivants.

 

CHANGE : Pour visiter l'Europe, une pièce d'or de vingt francs ne vaut que douze sous ! Cet aphorisme mérite d'être signalé. Monsieur de Vigny voulut se rendre un compte exact de la perte sèche qu'un change continuel fait subir à une pièce de vingt francs. Partant à Francfort, là il prit de la monnaie, arrivé à Munich, il la changea contre une monnaie bavaroise. A Berlin, il fit le même change contre l'argent prussien. A Vienne de même, puis à Rome, puis à Naples. M. de Vigny passa en Suisse, descendit le Rhin, traversa la Hollande et la Belgique, changeant toujours en la monnaie du pays, s'adressant à des personnes de confiance, et s'assurant qu'on ne le trompait pas et qu'on ne lui retenait rien pour l'escompte.

A la fin du voyage, il changea les débris de la pièce contre de la monnaie de France : et de cette pièce, qui n'avait rien dépensé, il ne restait que SOIXANTE centimes. Pour un voyageur, une pièce de vingt franc ne vaut que douze sous.
MORALITÉ. Il ne devrait y avoir qu'une seule espèce de monnaie pour toute l'Europe ! (±1850)

 

CHANOINE : Prêtre, communément plus chargé de cuisine que de science. Synonyme d'inutile. Ils sont des clercs isolés, possédant des biens, sans exercer aucune fonction ; ce sont  des curés qui exercent aujourd'hui  les anciennes  fonctions des chanoines.

 

CHAPEAU : Avant la révolution, les hommes dansaient avec leurs chapeaux sur la tête ; aujourd'hui ils dansent sans chapeaux. (1818)

 

CHAPELLE : On appelle chapelle la tente où l'on gardait la cape de St Martin de Tours qui avait été soldat.

 

 

CHARITÉ : Les arabes sont jaloux de leurs femmes. Les Egyptiens qui sont si voisin des arabes, ont cependant des coutumes fort différentes ; par exemple dans toutes les villes & villages le long du Nil, on trouve des filles destinées au plaisir des voyageurs, sans qu'ils soient obligés de les payer, c'est l'usage d'avoir des maisons d'hospitalité toujours remplies de ces filles, & les gens riches se font, en mourant, un devoir de piété de fonder ces maisons, & de les peupler de filles qu'ils achètent dans cette vue charitable. Lorsqu'elles accouchent d'un garçon, elle sont obligées de l'élever jusqu'à 3 ou 4  ans, mais les petites filles restent toujours auprès de leur mère & servent ensuite à les remplacer.  (Mr de Buffon)

 

CHASTETÉ : La chasteté consiste, OU dans l'abstinence, pour les vierges & les veuves, OU dans la continence pour les personnes mariées. C'était une coutume des Romains, lorsqu'ils mariaient un fille, que sa nourrice vint en présence de tous les assistants, lui mesurer avec un fil, la grosseur de son cou. Le lendemain matin, après être entrée avec un certain nombre de parents dans la chambre de la mariée, elle examinait le fil, s'il était plus court, elle s'écriait, transportée de joie "ma fille est devenue femme"   

 

Qui veut noyer son CHIEN l’accuse de la rage. (Voltaire)

 

CIMETIÈRE : Champ de l'égalité.

 

CIRCONCISION : Excision du prépuce pratiquée dans les religions juive et mahométane. Quand à l'autre circoncision celle de filles chez certaines peuplades d'Afrique, c'est une excision coutumière imaginée par des esprits noirs & fanatiques, qui, comme l'infibulation, par une basse envie contre le genre humain ont dicté des lois tristes & cruelles, où la privation fait la vertu & la mutilation le mérite. On ne peut imaginer ce que des hommes ont mis en pratique par passion.

 

 

CIVILISATIONS : Que reste-t-il des antiques civilisations ? Comme elles, la nôtre ne sera plus qu'un souvenir. Sur nos débris, d'autres races surgiront, qui ne comprendront rien à notre histoire, ni nos mœurs ni nos sottises, ni nos crimes. 

 

CLERGÉ : Anciennement l'un des ordres de l'État, aujourd'hui restreint aux vertus apostoliques.

 

CLOCHES : Moins utiles pour enterrer les morts que pour réveiller les vivants.

 

 

Les COCUS sont des hommes de goût puisque leurs femmes plaît aux autres. (Philippe Bouvard) 

 

Le COLLECTIVISME est un système consistant à prendre l'argent des riches sans qu'il parvienne aux pauvres. (Philippe Bouvard)

 

 

COMMERCE : Les Hollandais disent : nous aurons toujours un avantage sur la France, parce que nous savons mettre nos traités en commerce, et qu'elle met tout son commerce en traités. Ils veulent dire par-là que les français ont des traités, dont il ne leur reste que des parchemins tandis que leur argent passe chez les hollandais.

 

CONCUBINE : Ce nom devenu infâme dans la suite des temps, était autrefois celui des femmes de deuxième rang. Une concubine ne jouissait pas de la même considération qu'une épouse ; c'était cependant un nom d'honneur, différent de celui de maîtresse ; & ses enfants suivant l'ancien usage des François, n'en étaient pas moins habiles à succéder, lorsque le père le voulait. L'Église, pendant plusieurs siècles a reconnu cette forme d'alliance, comme légitime.

 

 

CONFESSIONAL : Un curé de la Basse-Bretagne disait au prône, le dimanche des rameaux : "Je vous annonce, mes frères, que pour éviter la confusion, je confesserai :

- Lundi, les menteurs ;

- Mardi, les avares ;

- Mercredi, les médisans ;

- Jeudi, les voleurs ;

- Vendredi, les libertins ;

- Samedi, les femmes de mauvaise vie.

On pense bien qu'il n'est personne, et c'était là ce qu'il désirait.

 

CONTRADICTION : D'où vient l'habitude qu'on a prise de contredire dans la conversation, si ce n'est une envie secrète de persuader qu'on a plus de lumières que les autres, & qu'on entend mieux qu'eux les choses dont on parle.

 

 

CONQUÊTE : Action par laquelle on s'empare du bien d'autrui. On fait la conquête d'un royaume, d'une province, d'une femme.

 

CONVIVE : Homme qui paye son dîner en compliments. 

 

COQUETTE : La comtesse, âgée de 73 ans, craint de se remarier, de peur de mourir en couche, & fait régulièrement trois fois par jour sa toilette, dans l'espérance de trouver encore quelque insolent. 

 

 

COPIE : Les peintres appellent original, le tableau qu'ils font d'une personne ; ce qu'ils devraient appeller copie ; car c'est la personne qu'on peint qui est l'original.

 

COPIE : On appelle copie l'écrit de l'Auteur, sur lequel on imprime, quoique d'ordinaire ce soit l'original de l'Auteur. 

 

Le CORPS de l'homme n'est pas plutôt arrivé à son point de perfection, qu'il commence à déchoir : le dépérissement est d'abord insensible, il se passe même plusieurs années avant que nous nous en apercevions d'un changement considérable. Lorsque le corps a acquis toute son étendue en hauteur & en largeur par le développent entier de toutes les parties, il augmente en épaisseur ; le commencement de cette augmentation est le premier point de son dépérissement, c'est une semple addition de matière surabondante qui enfle le volume du corps, & le charge d'un poids inutile. S'en suit, les os & les autres parties solides du corps ayant pris leur extension, les membranes deviennent cartilagineuses, les cartilages deviennent osseux, toutes les fibres plus dures, la peau se dessèche, les rides se forment, les cheveux blanchissent, les dents tombent, le visage se déforme, le corps se courbe, etc... Le corps meurt donc peu à peu & par parties, son mouvement diminue par degrés ; la vie s'éteint par nuances successives.

 

COURAGE : Juste milieu entre la témérité et la lâcheté.

 

COURAGE : Il n'est point d'armes trop courtes dans les mains d'un brave, il n'a qu'à s'avancer pour les rendre plus longues..


CORBILLARD : Diligence qui conduit à l'autre monde, et dans laquelle il y toujours de la place..

 

COURTIER : Homme qui ne fait rien pour rien, et qui fait peu de chose pour beaucoup d'argent.

 

La CRAINTE suit le crime, et c'est son châtiment. 

 

CRAVATE : L'effet cravate pour le dictionnairiste (auteur de dictionnaire), c'est une formule, utilisée par Jean PRUVOST pour expliquer un tour de passe-passe couramment pratiqué dans les dictionnaires millésimés : 

 

Imaginons que vous ayez à ajouter des nouveaux mots au sein d'une page.

 

Horreur, à cause de cet ajout, toutes les pages suivantes existantes de la composition de l'année précédente sont à refondre, chaque article supplémentaire ajouté chasse donc le dernier de la page sur la suivante, et ce par ricochet jusqu'à la dernière page.

 

Sauf si on réussit à garder le premier et le dernier mot d'une page en place. Tout le reste entre deux est susceptible, de réduction, que ce soit les articles, ou illustrations... afin de ne pas remettre en cause toute la pagination et de maintenir les coûts, garantie de survie économique de l'éditeur.

 NDLR Avec la belle évolution des programmes de mise en page informatisés, cela prend moins d'importance.

 

CRÉDULITÉ : On ne doit juger de la passion de l'amour que par le degré de force qui l'aveugle. Une femme se trouvant prise sur le fait par son mari entre les bras de son amant ; osa lui nier ce qu'il voyait si bien. "Ah mon ami, s'écria-t-elle, je le vois, tu ne m'aimes plus, tu crois plus à ce que tu vois, qu'à ce que je te dis.

 

CRIME : En politique, ce qui était un crime hier est aujourd'hui une vertu, et vice-versa.

 

CROISADES : Elles ont débarrassé l'Europe d'une foule de vauriens qui, pour obtenir la rémission des crimes qu'ils avaient commis chez eux, en allaient bravement commettre de nouveaux chez les autres.

 

CROIRE : L'opposé de savoir.

 

CURÉ : De tous les pasteurs, le plus utile, le moins considéré, et le moins payé.

 

D 

 

DÉBAUCHE :  Un prélat nommé Henri ; Evêque de Liège, reçut cette lettre du vertueux Pape Grégoire X : "Nous avons appris avec la plus vive douleur, que vous avez eu plusieurs enfants devant & après votre promotion à l'Épiscopat : une Abbesse de l'ordre de S. Benoit est votre concubine publique, & vous vous êtes vanté dans un festin d'avoir eu quatorze enfants en vingt deux mois. Vous avez établi un sérail dans une de vos maisons nommée le Parc & que vous y retenez une religieuse avec plusieurs autres femmes...

 

 

CLARATION DE GUERRE : Acte par lequel deux hommes en condamnent souvent 200.000 à mort sans appel, pour un caprice, ou pour un morceau de terre.

 

DÉFAUT : Quand on voit le moindre défaut dans une personne accomplie, on dit : c'est dommage, parce qu'il ne faut qu'un nuage pour éclipser le soleil.

 

 

DÉLATEUR : Le peuple écoute, croit et hait les délateurs.

 

 

DÉLUGE : Y a-t-il eu un temps où le globe ait été entièrement inondé ? Cela est physiquement impossible.

C'est un miracle. Tout est miracle dans l'histoire de déluge, ce sont des mystères qu'on croit par la foi, et la foi consiste à croire ce que la raison ne croit pas.

 

DÉMENTI : Soufflet en paroles.

 

On ne peut DÉSIRER ce qu'on ne connaît pas.

 

Si DIEU n'existe pas, je plains ceux qui, pour conquérir là-haut un paradis hypothétique, ont transformé ici-bas leur vie en un enfer de contraintes et de renoncements. (Philippe Bouvard)

 

DICTIONNAIRE : Enfant de plusieurs pères, qui ne peut vivre s'il n'est adopté par le public. 

 

DIME : Impôt levé autrefois sur les hommes laborieux, pour engraisser des gens inutiles.

 

DIPLOMATE : Celui qui te dit d'aller te faire foutre d'une telle façon que tu as très envie de commencer le voyage.

 

DISPENSES : Preuve qu'il y a dans la religion des choses obligatoires pour les pauvres qui ne le sont pas pour les riches.

 

DOGME : Il est évident que ceux qui les proclament sont soumis aux autorités qui les financent.

 

 

DOT : Tarif de la beauté, de l'esprit, de l'amabilité et de la douceur d'une femme.

 

 

DUEL : Faux point d'honneur qui consiste à tuer un homme pour lui prouver qu'il a eu tort d'avoir raison.

 

DYNASTIE : Familles régnante dont un des ancêtre a été élu par le peuple, ou s'est emparé du trône.  

 

E 

ÉCHECS : Jeu où le roi est toujours mat, quand il n'est plus environné de ses sujets.

 

 

EFFRONTERIE : Ressource suprême des fripons et des imposteurs.

Mahomet, le plus grand mystificateur de son temps, assemble un jour le peuple et lui déclare qu'il veut faire avancer une montagne. Il l'appelle, elle reste immobile. "Eh bien ! dit-il, montagne, puisque tu ne veux pas venir à Mahomet, Mahomet ira à toi !" La manière dont ces paroles furent prononcées lui tint lieu de prodige ! Dictionnaire Amusant par Ch. DE BUSSY en 1859

 

Hélas ! grands et petits, et sujets, et monarques,

Distingués un moment par de frivoles marques,

ÉGAUX par la nature, ÉGAUX par le malheur.

 

ÉGALITÉ : La prétendue égalité des hommes : s'il n'y avait pas trente manœuvress pour un maître, la terre ne serait pas cultivée. (Voltaire)

 

ÉLOGE : Mensonge officieux.

 

EMPLOI : Propriété sans garantie.

 

ENCRE : Petite liqueur noire avec laquelle on renverse les rois et l'on change la face de l'univers.

 

ENCYCLOPÉDIE : Recueil indigeste, dans lequel la sottise et l'esprit sont tellement confondus, que l'on prend l'un pour l'autre.

 

ENFER chrétien : du feu. Enfer païen: du feu. Enfer mahométan: du feu. Enfer hindou: des flammes. A en croire les religions, Dieu est un rôtisseur. (Victor Hugo)

 

ESPACE : Quelle dignité a eue l'espace où nous sommes pour être préféré à d'autres ? (Voltaire)

 

F 

 

 

FACILE : Se dit d'une femme qui a pour morale sexuelle celle des hommes.

 

 

FEMME : La femme est le produit d'un os surnuméraire (Bossuet)

 

Il y a mille inventions pour faire parler les FEMMES,

mais pas une seule pour les faire taire. (XVI°siècle)

 

FEMME : Les femmes ont des passions plus vives que les hommes.

 

Quand on est aimé d'une belle FEMME, on se tire  toujours d'affaire dans ce monde. (Voltaire)

 

FEMME : J’ai connu une femme qui voulait divorcer pour ne pas rester l’épouse d’un mari trompé. (Courteline)

 

Les FEMMES préfèrent les hommes qui les prennent sans les comprendre, aux hommes qui les comprennent sans les prendre. (Marcel Prevost)

 

 

FEMME : Lorsqu'on dit d'une femme qu'elle n'a pas froid aux yeux, c'est qu'on pense qu'elle a le feu quelque part. (Philippe Bouvard)

 

FEMME : Une femme sans homme est une maison sans toit.

 

Les FEMMES sont la seule chose qu'un milliardaire ne puisse s'offrir en levant seulement le petit doigt. (Philippe Bouvard)

 

 

Les FRANÇOIS n'hésitent pas à s'engager dans la résistance en 43, 44, 45, voire 46 pour les plus sots, ils peuvent espérer se hisser un jour sur le plus élevé des trônes... où il entraîne paisiblement le royaume à la ruine, en souriant comme un imbécile. (P. Desproges)

 

 

G

Le GÉNIE, c'est d'avoir du talent tout le temps ; le talent, c'est d'avoir du génie de temps à autre ; l'intelligence, c'est de savoir que l'on n'a ni génie, ni talent. (Philippe Bouvard)

 

GUERRE : Tous les animaux sont perpétuellement en guerre, chaque espèce est née pour en dévorer une autre. L'homme a la raison, il n'a ni armes pour tuer ses semblables, ni instinct qui les porte à sucer leur sang.

 

GUERRE : Le merveilleux de cette entreprise infernale, c'est que chaque chef de meurtriers fait bénir ses drapeaux et invoque Dieu solennellement avant d'aller exterminer son prochain. La religion artificielle encourage à toutes les cruautés qu'on exerce de compagnie, conjurations, séditions, brigandages, embuscades, surprises de villes, pillage, meurtres. Chacun marche gaiement au crime sous la bannière de son saint.

Ces gens là déclament contre les vices, ils prouvent que les dames qui étendant légèrement un peu de carmin sur leurs joues fraîches seront l'objet éternel des vengeances éternelles

 

H 

HABIT : Si l'habit de l'honnête homme a parfois des trous, celui du fripon a toujours de taches.

 

L'HOMME sage apprend de ses erreurs, l'homme plus sage apprend des erreurs des autres. (Confucius)

 

L'HOMME a un principe de raison universelle qui subsiste malgré toutes les passions qui la combattent, malgré les tyrans qui veulent le noyer dans le sang, malgré les imposteurs qui veulent l'anéantir dans la superstition.

 

 

HOMME DE PAILLE : Responsable qui ne figure que sur le papier. Son origine méconnue est : pour sauver l'homme que le taureau poursuivait avec acharnement, on jetait dans l'arène un mannequin rempli de paille. La bête furieuse se précipitait sur ce mannequin, ce qui donnait à l'homme le temps d'échapper.

 

Les HOSTIES  ne furent introduites qu'au XII° siècle. Auparavant c'était des petits morceaux de pain appelés pains en chanteau.

 

Le gros du genre HUMAIN a été et sera très longtemps insensé et imbécile ; et que peut-être que les plus insensés de tous ont été ceux qui ont voulu trouver un sens à ces fables absurdes et mettre de la raison dans la folie. (Voltaire)

 

HUMORISTE : Celui qui met son plaisir à se fâcher avec tout le monde.

 

I

IGNORANCE : Il y en a trois sortes : ne rien savoir, savoir mal ce que l'on sait et savoir autre chose que ce qu'on devrait savoir.

 

 

INFINI : Nous appelons l'infini en grand ( en arithmétique), c'est notre impuissance de trouver le bout. Quand nous cherchons l'infini petit, c'est encore un nom donné à notre impuissance. (Voltaire)

Quiconque cherchait seulement la racine du nombre six (6), voyait bien que c'était un nombre entre deux et trois ; mais quelque division qu'il pût faire, cette racine dont il s'approchait toujours ne se trouvait jamais.

 

INQUISITION : L'inquisition est comme on le sait, une invention admirable et tout-à-fait chrétienne pour rendre le pape et les moines plus puissant, et pour rendre tout un royaume hypocrite.

 

J

 

Le mot JOURNAL (Zeitung en allemand) est apparu pour la première fois en 1502 lors d'un compte rendu sur la guerre contre les Turcs. Cette publication avait l'allure d'un livre très mince car les presses ne servaient qu'aux livres. Il fallut attendre de nombreuses années avant  qu'un équipement spécialisé ne se justifiat.

 

K

 

L

LIVRE : Dépôt général des erreurs et des folies humaines.

 

LIVRE : La raison pour laquelle on rend si peu de livres prêtés, c'est qu'il est plus aisé de les retenir que ce qui est dedans.

 

LOIS : Pour donner des lois aux gens, il faut au moins avoir leur consentement.

 

LOUPS : La chasse aux loups était fort à la mode dans le siècle de LouisXIV. On ne la fait plus depuis longtemps, ce qui est regrettable, car c'est la seule chasse utile, puisqu'elle détruit des animaux redoutables et malfaisants.(1818)

 

 

M

MAIS : Simple conjonction adversative qui marque contrariété, exception, différence. Mais est mieux que cela ; MAIS  est un faux bonhomme de la pire espèce : c'est un mot qui peut tuer, moralement et physiquement. C'est un poignard empoisonné. Exemple : Un homme est accusé de meurtre ; on n'a aucune preuve ; il est innocent peut-être ; on va l'acquitter. "Comment c'est homme est innocent ? Vous n'avez aucune preuve évidente, matérielle, c'est vrai ; mais veuillez remarquer, etc..." Suit une plaidoirie adroite, éloquente, et l'accusé est guillotiné ; tout cela pour un mais.

C'est comme si on vous demandait des références sur une connaissance ; si votre réponse est "Il est bien, mais...)  en faisant une grimace ; il mort, vous l'avez éliminé.

 

 

MÉMOIRE : Faculté très imparfaite chez tous ceux qui ont reçu des bienfaits.

 

DECIN : Savant qui aide la nature contre le mal.

 

MENSONGE : Le vrai responsable d'un mensonge n'est pas celui qui le commet, mais celui auquel on le destine parce qu'on sait qu'il ne supporte pas la vérité. (Philippe Bouvard)

 

Les MONDANITÉS consistent  à parler, quand on n'a rien à dire, avec des gens qu'on n'est pas obligé de rencontrer. (Philippe Bouvard)

 

MORT : But de la vie. Terme où aboutissent tous les vains projets de l'homme.

 

N

 

O

 

P

PAIX : Comment l'attaque en pleine paix peut-elle être le seul moyen d'empêcher sa destruction ?

  • Si aller tuer votre prochain, de peur que votre prochain (qui ne vous attaque pas) ne soit en état de vous attaquer : c'est-à-dire qu'il faut que vous vous hasardiez de ruiner votre pays dans l'espérance de ruiner sans raison celui d'un autre, car on n'est jamais sûr du succès.
  • Si votre voisin devient trop puissant pendant la paix, faites comme lui. S'il fait des alliances, faites-en de votre côté. mais n'exposez pas votre peuple à la plus horrible misère.

 

La PATRIE est où l'on vit heureux. (Voltaire)

 

Nous devrions PARLER moins et dessiner plus (Goethe)

 

 

Petite PLUIE abat grand vent.

 

 

PLAIDEUR : Individu dont la manie est de chercher les moyens d'enrichir les gens de justice en s'appauvrissant.

 

 

Il semble que la POPULACE ne mérite pas une  religion raisonnable. (Voltaire)

 

 

PRÉJUGÉS : Dans une femme les préjugés aident à la vertu ; mais dans un homme, ils la corrompent.

 

 

PRÉTENTION: Edouard III, roi d'Angleterre se donne en 1340, le titre de roi de France. Pourquoi ? 

Cette idée lui est suggérée par Jacques d'Artevelde, brasseur de bières à Gand : cet homme, avait attiré la confiance des Flamands & fait soulever plusieurs de leurs villes contre le comte de Flandres, qui s'était mis sous la protection des français. Les Flamands s'étaient engagés solennellement à ne point faire la guerre en France, ils avaient promis de payer au Roi deux millions de florins, s'ils violaient leur serment. Jacques Artevelde ce moyen pour les en relever ; ce fut de porter le Roi d'Angleterre à s'emparer du titre de Roi de France. 

  

Nos PRÊTRES ne sont point ce qu'un vain peuple pense,

Notre incrédulité fait toute leur science. (Voltaire)

 

Le PREMIER PAS, mon fils, que l'on fait dans le monde 

Est celui dont dépend de reste de nos jours :

Ridicule une fois, on vous le croit toujours. (Voltaire)

 

PRIÈRES : Les moines ont introduit en Espagne une coutume qui peut leur être utile ; c'est que l'argent pour payer les messes que demande un homme qui meurt, se prend sur les biens qu'il laisse, préférablement à toutes ses dettes. Les espagnols ordonnent souvent une si grande quantité de messes, qu'il ne reste plus rien, aux héritiers & aux créanciers.

Ils appellent cela, faire son âme héritière.

 

 

PRISONNIERS : S'ils sont criminels c'est leur grâce que je vous demande & s'ils sont innocents, je vous demande justice pour eux.  (Mirabeau)

 

 

PRISONNIERS : Si vous les détenez, à quoi vous servira sa parole ? car tout homme que l'on garde en est quitte.

 

 

PROCÈS : Le parlement d'Angleterre, en 1731, ordonna que toutes les écritures & les plaidoiries, concernant les procès, seraient en langue Anglaise. On n'avait encore parlé au Barreau qu'en Latin jusqu'au jour de cette ordonnance. Ce qui est étonnant, c'est d'avoir conservé si longtemps un usage si peu commode pour les juges & les clients.   

 

 

 R

La RADIESTHÉSIE : Réalité merveilleuse ou folle utopie ? Scepticisme absolu ou crédulité naïve. ?

 

S

Les SCIENCES OCCULTES sont les sciences des choses cachées, des innombrables phénomènes invisibles et, à mesure qu'elles sont révélées, elles cessent d'être occultes et tendent à devenir exactes.

A l'origine tout  était occulte. Les hommes primitifs considérant le soleil et la lune, crurent d'abord que c'étaient des sortes de lampes célestes et il leur fallut de longues méditations pour en arriver aux notions - encore incertaines - que nous avons aujourd'hui.

T

TORTURE : Secret inventé pour faire dire tout ce qu'on voudra à un innocent qui a les muscles délicats, et pour sauver un coupable robuste.

U

 

V

 

VIE : La seule façon d'oublier qu'on n'a qu'une vie, c'est d'avoir plusieurs femmes. (Philippe Bouvard)

 

 

VIE : Chose qu'on reçoit sans remercier, dont on jouit sans savoir comment, qu'on donne aux autres, quand on ne sait où on est, et qu'on perd sans s'en apercevoir.

 

Vieillard : De jour en jour tout dépérit,

Et la nature dégénère,

Disait un vieillard décrépit,

Les femmes n'ont plus l'art de plaire,

Les hommes manquent de vigueur,

Les fruits ont perdu leur saveur,

Comme le soleil sa lumière ;

Les fleurs ont un parfum moins doux...

Vieillard, rien n'a changé que vous.

 

VIEUX : Être vieux, c'est quand vous connaissez toutes les réponses mais que personne ne vous pose plus de questions.

 

 

VIEILLIR : On dit que le cœur ne vieillit pas ; tant pis ! C'est tout ce qu'il a de mieux à faire, quand le reste n'est plus jeune.

 

VOYAGE : Matière à mensonges.

 

..

Cette rubrique est très incomplète, faites moi part de vos commentaires ou réactions. MERCI



22/05/2016
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 205 autres membres