dico-collection

dico-collection

1972 - SAUVY - LIVRES saisis à Paris entre 1678 et 1701 - XX° siècle

LIVRES saisis à Paris entre 1678 et 1701

Auteur: Anne SAUVY
Editeur: Archives Internationales d'Histoire des Idées
Volumes: 1 volume 430 pp (24x15,5)
Description: L'étude des livres interdits est difficile.
Année: 1972

 

CoLivreSaisaisNET.jpg                              LivreSaisaisNET.jpg

JAMAIS sans doute en France la CENSURE ne s'exerça avec autant de rigueur sur le commerce des livres que dans le dernier quart du XVII° siècle, en ces années dominées par la Révocation de l'Edit de Nantes, aussi le manuscrit français 21.763 de la Bibliothèque nationale de Paris constitue-t-il pour l'historien des idées, un document des plus précieux. Il contient en effet, une liste de quelques 115 titres d'ouvrages saisis à Paris de 1678 et 1701, tous ces ouvrages provenant clandestinement de la province ou de l'étranger. Ce manuscrit a été  le point de départ de la présente étude. Il offre un catalogue d'ouvrages interdits, incomplet certes mais non sans valeur, et nous enseigne quels étaient les écrits les plus répandus et les plus recherchés du public. Un certain nombre d'édits rappellent les peines très dures qui devaient frapper les imprimeurs et les libraires coupables d'avoir imprimé ou débité des livres sans privilège. Mais le fait d'avoir été approuvé et d'avoir reçu  un privilège ne suffisait pas à assurer à un texte l'impunité définitive. D'après une étude préliminaire de Motoko Ninomiya. Reliure toile verte, titre doré

A partir de 1795, les délits de librairie, qui dix ans plus tôt étaient punis de mort, n'étaient plus passible que de la Bastille.

Le commerce de la librairie fut réorganisé au début du règne de Louis XIV dans le sens d'une plus grande sévérité.  Le système des privilège qui datait de plus de 100 ans, imposait à tout auteur de soumettre son manuscrit au Chancelier avant impression ; des centaines de censeurs contrôlaient alors les textes et si l'ouvrage présentait un caractère religieux d'une interprétation délicate, des docteurs de la faculté de théologie étaient commis pour l'examiner. TOUT OUVRAGE SUSPECT était rejeté. Il fallait donc imprimer ces livres ailleurs et les faire parvenir à Paris. C'est pour cela que de nombreuses villes donnaient le jour à des livres interdits : Rotterdam, La Haye, Bruxelles, Liège, Londres, etc... (voir aussi Dictionnaire des LIVRES Condamnés au FEU)

 

?-90



29/09/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 165 autres membres