dico-collection

dico-collection

1930 - CORDONNIER - Encyclopédie pratique du SAVOIR-VIVRE - XX° siècle

 

Encyclopédie pratique de la POLITESSE et du SAVOIR-VIVRE

Auteur: CORDONNIER Emile
Volumes: 1 vol. in-8
Editeur: Librairie Aristide Quillet
Année: 1930

          167.jpg          167b.jpg

 

 

Librairie Aristide Quillet, Reliure édition percaline bleue, titre doré, belles illustrations hors texte n/b et sépia, frontispice en couleur de Laprade. Bel ouvrage.

Cette encyclopédie est présentée  en forme de dictionnaire. 

Quelques exemples :

A table : La tenue. - Lorsqu'on est assis, on place sa serviette à moitié dépliée sur ses genoux, on évitera de la nouer autour du cou ou d'en entrer un coin dans le col de sa chemise, ou pour une dame, dans son corsage. On évitera aussi de manger son pain entre les plats, d'en faire des boulettes ou d'en mettre des menus morceaux dans son potage, ou dans son assiette. Il ne faut pas oublier que le pain doit être rompu entre les doigts et que l'on ne doit pas le couper avec son couteau.

On s'occupera de ses deux voisines avec la même grâce, même si le charme de l'une vous attirait plus que celui de l'autre.

La politesse la plus élémentaire consiste à ne pas mettre ses coudes sur la table, à ne point se renverser sur se chaise et à se tenir correctement. Seuls les avant-bras peuvent être appuyés sur la table.

Pour manger, on tiendra la fourchette dans la main gauche, et le couteau dans la main droite. On ne tiendra sa fourchette dans la main droite que pour manger les aliments qui ne se coupent pas, tels que le œufs ou les légumes. On coupera les aliments bouchée par bouchée, l'on ne les découpera pas à l'avance. Lorsque l'assiette est vide, on reposera couteau et fourchette dans son assiette. (ndlr : n'oubliez jamais  que c'est un langage avec le personnel de service qui comprendra que cette assiette est terminée et peut être enlevée) L'on ne se servira jamais du couteau pour porter un aliment à sa bouche.

Comment on doit manger certains aliments. - On mangera avec la cuillère le fromage à la crême, les aliments liquides, les petites fraises, les framboises, etc... Les grosses fraises se mangent à l'aide de la main en les tenant par la queue. Les œufs se mangent au moyen de la petite cuillère. On évitera de les verser dans un verre, comme quelques personnes ont l'habitude de la faire ou d'y tremper de longues mouillettes de pain entre les doigts.

Lorsque l'œuf est terminé on en écrase légèrement la coquille sur son assiette. Les légumes, les salades, se mangent avec la fourchette ainsi que la plupart des entremets. Pour les poissons, les viandes, on se servira du couteau et de la fourchette, de même que pour manger certains fruits. On les tiendra avec sa fourchette, on les pelera avec son couteau en évitant, s'il s'agit d'orages de faire des spirales. On le séparera en quartiers que l'on portera à sa bouche avec sa fourchette, après avoir laissé, si ce sont des fruits à noyaux, ce noyau dans son assiette.

On mangera le melon avec sa fourchette en évitant d'y porter le couteau dont le contact peut en altérer le goût. Certains gourmets préféreront le manger  - comme cela se fait en Amérique - avec une cuiller qui permettra d'en recuillir  le jus et lui laissera toute sa saveur.

Les cerises, les prunes ne se pèlent pas. On les portera à sa bouche avec les doigts en les tenant par la queue et l'on déposera discrètement, après en avoir mangé la chair, les noyaux dans son assiette.

Le beurre et le fromage seront étendus sur une bouchée de pain au moyen de couteau et l'on portera ce morceau de pain à sa bouche. On aura soin de faire une bouchée assez petite et non d'en faire une tartine. 

Les huîtres se mangent avec la fourchette à huîtres qui servira à détacher le talon de la coqulle et à porter l'huître à la bouche. Les asperges pourront être mangées soit avec une fourchette qui servira à en détacher l'extrémité verte avant de la porter à la bouche...

Les crevettes seront mangées avec les doigts que l'on rincera ensuite dans un bol d'eau tiède qui sera placé à côté de vous. L'on peut faire de même pour les écrevisses.

Les noix et les noisettes seront cassées au moyen d'un casse-noix et ne seront jamais cassées avec les dents.

Le sucre sera pris dans un sucrier avec une pince à sucre.

Souvent on sert aux convives des couverts, pour manger le poisson et des couteaux à lames d'argent pour manger les fruits.

Cracher. - En France sous Louis XIV, on crache partout, par terre, aux murs, dans les ruelles, sur les lits. On disserte sur les différentes manières de cracher en société au grand dommage des tapis... La Bruyère nous dit  qu'un des personnages de la cour dont il voile le nom, qu'il se mouchait  avec grand bruit, crachait fort loin et éternuait fort haut. Toutefois, dès le XVI°siècle une réaction se produit contre l'usage de cracher dans les appartements et on invente le crachoir.

Décoration. - Un des signes auxquels on pouvait reconnaître un Français en voyage, c'est qu'il portait toujours à sa boutonnière une décoration. Il est certain que lorsqu'on voyage ailleurs qu'en France, on est surpris de ne trouver presque nulle part d'étrangers portant des décorations. D'où l'on peut  conclure que le goût de tels insignes est très particulier aux français. Peut-être faut-il y voir une manifestation de cette sorte d'émulation qui pousse chaque français à être partout le premier et à se distinguer et il faut bien constater que ce goût en France est loin de se perdre, puisque tant de gens demandent à être décorés.

Elégance. - La première condition de l'élégance dans la tenue est d'être naturel. Il s'ensuit  que chacun  peut et doit avoir son élégance propre. "Un homme bien mis ne doit pas être remarqué" mais cette simplicité n'exclut pas la recherche et le souci de l'harmonie dans la coupe  des habits, le choix de leur étoffe et leur ajustement aux autres parties de la toilette pour en faire un tout aimable. C'est par là qu'un homme vraiment élégant se distinguera des "rastas" et autres apôtres du mauvais goût. Enfin il associera à cette élégance des vêtements celle de l'esprit qui se traduira dans ses propos, sa conversation et ses manières. 

 

. (à suivre)

 

50-80

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



24/09/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres