dico-collection

dico-collection

1889 - JAUGEY - Dictionnaire Apologétique de la FOI CATHOLIQUE - XIX° siècle

Dictionnaire Apologétique de la FOI CATHOLIQUE

Auteur: JAUGEY J.B.
Editeur: Chez DELHOMME & BRIGUET, éditeurs à Paris & Lyon
Volumes: 1 volume in-8° (26x17) 3406 colonnes - 1703 pp.
Année: 1889

 

                   231.jpg                                         231b.jpg

contenant les preuves principales de la vérité de la religion et les réponses aux objections tirées des sciences humaines. Chez DELHOMME & BRIGUET, éditeurs à Paris & Lyon. Reliure demi percaline noire, dos cuir noir à caissons, titre doré.

But de ce livre : Autrefois, dans le monde chrétien on naissait croyant ; aujourd'hui l'enfant nait sceptique ; il commence à douter aussitôt qu'il commence à raisonner.  Le scepticisme contemporain atteint toutes les croyances religieuses.

Il dit à propos des préceptes du Koran, qu'on y voit régner l'esclavage avec toutes ses horreurs, que le musulman peut avoir 4 femmes légitimes et autant de concubines qu'il lui plaît ; la loi exige qu'il les ait conquises par la force des armes ou à prix d'argent. Les maris pourront divorcer à volonté ou s'échanger leurs femmes. Par delà la tombe, d'éternels enivrements, d'éternelles voluptés attendent les fils du Prophète. Ce dévergondage des mœurs, la honte du mahométisme, fit dire à Averroès "l'islamisme est une religion de pourceaux". L'islamisme se propage par la guerre sainte, c.à.d. la force brutale, le pillage, le partage du butin. Mahomet donna l'exemple de l'immoralité et de la cruauté. Son harem s'éleva  à côté de la première mosquée. Son immoralité n'eut d'égale que sa cruauté, mais on lui attribue, il est vrai, un profond sentiment religieux ; il ordonna des prières à Allah cinq fois par jour, précédées de purifications et d'ablutions.

Par sa nature l'islamisme semblait appelé à une prompte décadence de par la corruption de ses mœurs, cependant nous le voyons renverser les empires chrétiens. Quel est ce phénomène ? Beaucoup ont attribué la cause du succès et sa longévité au mélange d'erreur et de vérité, de vertu et du vice, dont il se compose. L'exclusion de l'idolâtrie, la croyance à la vie future et au jugement, à l'enfer et au ciel. Les mœurs faciles, les désordres qu'elle permet, les plaisirs sensuels promis par delà la tombe , étaient (et sont) un appât qui attirait et retenait les masses. L'union dans les mêmes mains de la puissances civile et religieuse, le butin de la guerre sainte, le paradis promis au guerrier qui meurt pour sa foi, tout cela produisit le courage, fanatisa le musulman, et cela est naturel.

 

A l'article "Giordano Bruno" on peut y lire : "Sa mort fut celle d'un martyr s'immolant au triomphe de la liberté de penser" mais plus loin : "Le parjure et l'hérésie, voila les causes pour lesquelles Bruno est mort. Il appartenait à la classe de ces malfaiteurs intellectuels, que nos pères avaient le bon sens de châtier plus sévèrement que les criminels vulgaires".

 

40-65


20/09/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres