dico-collection

dico-collection

1828 - NODIER Ch.- Dictionnaire des ONOMATOPEES Françoises - XIX° siècle

Dictionnaire des ONOMATOPEES Françoises

Auteur: NODIER Charles
Editeur: A Parie chez Delangle Frères, Editeurs-Libraires
Volumes: 1 volume in-8°, 403 pp
Description: 2
Année: 1828

         431.jpg        431b.jpg

2°édition corrigée et considérablement augmentée de Philomela, élegie d'Albus Ovidius Juventinus suivi des remarques de Charles Nodier et de la traduction de l'abbé de Marolles : Le poème ou "l'elegie de La Philomèle" étant fréquemment cité dans le Dictionnaire des Onomatopées françoises, et ce petit ouvrage tombant rarement sous les yeux des personnes les plus initiées à la littérature latine, j'ai cru qu'il serait agréable au lecteur d'en trouver ici une édition spéciale, imprimée sur les meilleurs textes soigneusement conférés entr'eux. A Parie chez Delangle Frères, Editeurs-Libraires. Reliure demi-veau bleu de l'époque, dos à 4 nerfs, titre et filets dorés, plats marbrés rouge. Ex-libris du Cabinet de Mr Borluut de Noortdanck. Ce livre, adopté presque aussitot par la commission d'instruction publique pour les bibliothèques et les lycées, est curieux et rempli d'érudition. On peut le regarder comme un petit chef d'œuvre de la linguistique moderne. Il faut avouer pourtant que l'auteur va un peu trop loin lorsqu'il considère l'onomatopée comme la source unique de toutes les langues. Il aurait pu se borner à induire d'une grande quantité de mots, que ce fut, à l'origine, une des sources les plus abondantes, mais à l'origine seulement. L'onomatopée, dit-il, est le type des langues prononcées comme l'hiéroglyphe est le type des langues écrites. Ainsi, soit par des signes figures, soit par des sons, l'homme en créant le langage a cherché à donner une idée de l'objet qu'il avait en vue. Cette base est solide, à condition qu'on ne l'élargisse pas indéfiniment.

L'ouvrage de Nodier est plein de recherches et d'observations fines. Non-seulement on y trouve toutes les onomatopées françaises, celles qui en ont le caractère indubitable, mais Nodier restitue ce caractère à une foule de mots qui l'avaient perdu par suite d'un long usage, et il le fait apercevoir dans une foule d'autres où il est moins marqué.

Ainsi, il fait observer que les noms des principaux organes de la parole commencent en français par une articulation qui met en jeu l'organe même désigné: gosier commence par une gutturale, langue par une linguale, dent par une dentale, nez par une nasale, etc.. Et il y a là, en effet, une tendance imitative qui tient de l'onomatopée. Ouvrage assez rare.

 

 

140 - 600


11/09/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres