dico-collection

dico-collection

1818 - GENLIS Comtesse de - Dictionnaire des ETIQUETTES de la COUR - XIX° siècle

Dictionnaire Critique et Raisonné des ETIQUETTES de la COUR

Auteur: GENLIS, Stéphanie-Félicité Du Crest, Comtesse de
Editeur: A Paris chez Mongie
Volumes: 2 volumes in-12
Description: des Usages du Monde, des Amusemens, des Modes, des Mœurs
Année: 1818

        445.jpg          445b.jpg

et des Usages du Monde, des Amusemens, des Modes, des Mœurs, etc., des François, depuis la Mort de Louis XIII jusqu'à nos Jours. Contenant le Tableau de la Cour, de la Société, et de la Littérature du dix-huitième siècle ou L'ESPRIT des Etiquettes et des Usages Anciens comparés aux modernes. Edition originale de ce panorama de la société du XVIIIe s. vu par l'œil critique de la comtesse de Genlis (1746-1830), gouvernante du duc de Chartres. Elle dit à propos de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert qu'elle prétend avoir lu deux fois ; "Il est certain que c'est l'ouvrage le plus volumineux, mais qu'il est mal fait, inutile, sans aucun article fait avec talent mais au contraire, on pourrait en citer quantité de pernicieux et exécrables, d'absurdes et de ridicules"(p.169). Elle dit "haïr cet ouvrage (l'Encyclopédie) si méprisable, rempli d'inepties, de mensonges et d'infamies, qu'il n'est qu'une spéculation d'argent combiné au désir d'anéantir odieusement la religion... L'Encyclopédie n'est qu'une pernicieuse production, une charlatanerie monstrueuse... Bien que le ton soit très critique, "dans son impartialité ordinaire", quand la comtesse traite des étiquettes, des usages ("On ne soupe plus, parce que les spectacles ne finissent qu'à onze heures", p. 265) ou des modes ("on préfère en tout, ce qui est couteux, à ce qui est agréable" parlant de la poudre blanche (pour cheveux), p. 69 t.II ou "Il faut convenir que ce fut une mode bien ridicule" parlant des mouches (appliquées sur le visage), p. 407), elle aborde les sujets touchant le théâtre, la littérature, la musique, les arts, les sciences, l'éducation, la religion etc. même si, de-ci de-là, elle glisse quelques phrases assassines envers les philosophes comme Voltaire. Reste à lire ce que la comtesse pensait de la médisance ! A Paris chez Mongie. Reliure de l'époque, plein papier marbré, étiquettes de papier au dos.

300 - 400


10/09/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres