dico-collection

dico-collection

2009 - QUENOT - L'ALMANACH de la SORCIÈRE - XXI° siècle

L'ALMANACH de la SORCIÈRE

Auteur: Katherine QUENOT
Editeur: Hugo Desinge
Volumes: 1 volume in-8° (24x17) 413 pp
Année: 2009

CoSorciereNET.jpg

Le GRIMOIRE secret des sorcières pour tous les jours de l'année; philtres, envoûtements, recettes magiques...

Chaque jour nous offre une chance... Mais laquelle ? Grâce à l'Almanach de la Sorcière, apprenez quels sont les moments propices à l'amour, au travail, à la création, à la santé, et mille autres sujets. Et comme une petite aide magique ne se refuse jamais, une recette de sorcellerie nous est proposée à chaque étape. Jour après jour, l'Almanach de la Sorcière nous accompagne au fil des saisons, en nous rappelant que la nature est à notre disposition.

Une somme impressionnante : plus de 400 pages. C'est un savoir magique dispersé, oublié, devenu invisible, qui après avoir été retrouvé et consigné est devenu cet ouvrage. Retrouver l'esprit de ceux qui ont contemplé la lune bien avant nous sur terre, et recevoir les merveilles de la nature comme un don. Des siècles de savoir accumulé dans ce grimoire... Jadis, ce n'était pas la médecine qui soignait, mais la SORCELLERIE !

Reliure moderne, couverture rigide polychrome rouge/brun, papier genre peau d'éléphant, caractères style moen-âge, des milliers d'illustrations anciennes N/B et polychrommes anciennes.

LE SECRET DES GRIMOIRES :

Pour ceux qui ont déjà eu la chance de trouver et consulter un grimoire (style Secrets admirables de Grand Albert, de Petit Albert ou Dragon rouge) ont du les trouver incompréhensibles et illusoires parce que l'on y indiquait toujours une ou plusieurs substances introuvables. C'est simplement parce que beaucoup d'anciens grimoires étaient cryptés : on remplaçait les ingrédients par des mots plus mystiques. Ainsi, quand une recette exigeait une aile de chauve-souris, il s'agissait simplement de houx.

TXTsorciere1.jpg

TXTsorciere2.jpg

"Au Moyen Age on redoutait le passage de gens d'armes qui pillaient les villages  qu'ils traversaient, nos ancêtres craignaient aussi les agressions naturelles comme les tempêtes, orages et la foudre... Mais par dessus tout ils craignaient les méfaits de sorcières dans un monde où l'on était toujours prêt à expliquer l'inexplicable par une  intervention de Satan ou d'un de ses lieutenants. On se défiait de l'étranger, homme ou femme de passage parlant une autre langue, portant un costume différent... soupçonné de mauvaises intentions. Qu'un soir le lait de la vache se tarisse et l'on pensait au vagabond aperçu le matin..." 

Texte emprunté à J.L.Beaucarnot - ENTRONS chez non ANCÊTRES



04/10/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 165 autres membres